New Marvel Universe

Un nouvel univers marvel s'offre à vous, venez vite nous rejoindre!!! Pour votre plaisir, le forum est actuellement en restructuration. L'action prend toute sa mesure... C'est le moment idéal pour nous rejoindre !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 The New Warrior.[Solo]

Aller en bas 
AuteurMessage
Night Thrasher
The New Warrior
avatar

Masculin
Nombre de messages : 28

Fiche d'Identité
A.k.a: David Alleyne
Pouvoirs: Télépathie limité,copiant les connaissances des autres.
Aspiration: Changer le monde.

MessageSujet: The New Warrior.[Solo]   Lun 25 Aoû - 23:40

Gwen:"Nan,pas comme ça. Mets toi plus à droite."
David: Euh.Ouais,ok. Désolé,c'est la première fois que je fais ça.
Gwen: Pas de mal. Voilà comme ça. Donne quelques petits coups.
David:Ok. Comme ça?
Gwen:Plus fort.
David: D'acc. Hun. Voilà.
-On a fait vite,dis donc.
-Ouais. Tant mieux.
-Tu peux descendre et voir comment c'est?
-Bien sûr.
-Alors?
-C'est bon,la banderolle est droite.
-Super.
-On a fait du bon boulot.
-Oui,j'avoue.
-Bon. On peut y aller,je pense. Il est déjà presque 19 h.
-Ouais,aucun soucis.

David Alleyne est dans le gymnase, face à une grande banderolle où est marqué "Grand prix des sciences 2007". De chaque côté de la banderolle,se trouve une echelle, sur celle de gauche, la blonde qui descend c'est Gwen Stacy. La meilleure amie de David Alleyne. 1m75, des jambes fines, un cou gracile,une peau pâle, et des cheveux à la couleur du blé mais à la texture de la soie. Visage fin, traits doux, yeux plus bleux que le ciel cachés derrière de grosses lunnettes. Gwendolyne a un corps magnifique cachée par des vetements ne la mettant pas en avant. mais qu'importe. Elle est naturelle et c'est ce qui importe. Elle est toujours souriante, gentille,à l'écoute. Son rire est celui d'une enfant, son sourire est celui de quelqu'un d'heureux. Elle est la deuxième meilleure élève du lycée, juste après David Alleyne. Les deux jeunes gens ont des interets communs. Une vie triste et morne, une absence de véritables amis, la passion des livres et des sciences. Ils ont une vie similaire. Ils se sentent si prisonniers de leurs quotidiens. Dirigé par des parents, des profs et plus tard des patrons. Influencé par des pubs,des journaux,des films et des critiques,par la mode. Leurs choix sont determinés pour eux, ils devront être rich et méritant plus tard. Esclaves de leurs vies, ils partagnt leurs conditions à deux. Chaque matin en descendant de chez eux, il peuvent parir à droite pour retrouver le bus, le lycée pour revivre la même journée qu'hier. Ou la gauche,la route vierge,liberté et aventure. Chaque jour ils ont le choix et chaque jour ils prennent le chemin de droite,car l'autre l'y attend au bout.

David est un crétin. Il a 209 de QI,des pouvoirs télépathiques et il n'est pas fichu de se rendre compte que Gwendolyn est dingue de lui. Qu'elle l'aime et veut tout plein de bébés. Bon,peut être pas à ce point là. Mais Gwen aime David. Depuis le début. David lui preffèr se compliquer la vie et fuir la possibilité d'être complet en courant futilement après martha Parker, comme tout le reste du lycée. La jeune pom pom girl aux formes si symètriques. Chaque jour, elle l'ignore un peu plus et David ignore alors un peu plus Gwendy. C'est un crétin vous disais je.Les deux jeunes gens sortent du lycée, bras dessus,bras dessous. Et marchent jusqu'à leurs arrêts de bus.Ils ne prennent pas le même bus. Mais les deux bus arrivent l'un après l'autre. Alors chaque soir ils attendent ensemble.

-Dis...tu fais quoi ce soir?
-Je relis l'attrape coeur de Salinger pour ma dissert sur cet auteur et son oeuvre.
-Ah...mais je croyais que tu l'avais déjà faite.
-Oui,mais je preffère déveloper encore. Pourquoi?
-Ben...Je me suis dis qu'on aurait pu aller chez moi et regarder quelques dvds ensemble.
-C'est tentant, mais...
-Pas grave. Tant pis. J'avais cru qu'on aurait pu regarder Skins en fumant quelques pétards.
-Gwen, ton père est flic et je veux pas me avoir d'ennui avec lui. Tu sais combien je le respecte. Et puis, je preffère pas trop fumer de ces trucs là.
-Eh ben...toi qui te veut libertaire. Tu l'es surtout dans l'idée.
-J'ai besoin de tout mes neurones pour formuler des idées. Mais fais ce que tu veux. Et puis je sais bien, que tu te reproche encore de pas être né dans les années 60.
-Ouais,clair. T'imagines,toi? La liberté total? Les peuples se révoltaient enfin contre la guerre et l'oppression. On a voulu oublier la réussite sociale et l'argent pour se centrer sur ce qui est vrai. les gens,la nature. Et puis mince,j'aurais voulu être à Woodstock ou connaitre les beattles,tu vois.
-Oui. Belle époque,hein? Et dire qu'on est revenu au point de départ. La société du XXI ème siècle est exactement ce que le mouvement hyppie haissait.
-Oui...Mais tant que les gens arrivent à s'épanouir,c'est bien. Et beaucoup ont encore l'espoir du changement.
-Les gens ont surtout l'espoir que d'autres changent tout pour eux. Et ils attendent devant leurs télés.
-Ne sois pas cynique.
-Je m'efforce d'être réaliste.
-Bon...donc tu viens pas?
-Ben....bof.
-BOF?!?
-Non,mais...c'est la copine de ton père qui me gêne. Le capitaine De wolffe.
-Jean? Tu l'appelles Capitaine. Hahahaha. C'est vrai qu'elle te scrute toujours bizarrement quand tu viens.
-Ca me met mal à l'aise,tout ça.
-Je comprends. On remettra ça alors.
-Bien. Oh, y a qu'une place sur le siège de l'arrêt de bus.
-Prends la,je monterais sur tes genoux.
-Hein?
-Rien,je plaisantais. Assieds toi. T'inquiètes pas.
-D'acc. T'en es où dans ce que tu écris?
-Ca marche bien. J'en suis au moment où mon personnage comprend que le bonnheur ne se trouve pas mais se cherche. Et qu'il se cherche sur l'acceptation de ce qui l'entoure, sur l'épanouissement de lui même et pas sur toute ces choses artificiels.
-Tu as donc presque fini ta trilogie?
-Oui. Mais reste à savoir si Meredith aura droit à son grand amour qu'elle attend depuis toujours. Je comptais l'appeler Martin.
-Martin et Meredith? M&M's. Lequel est le rouge,lequel est le jaune?
-Hihihi. T'es con. Et toi ce que tu écris?
-J'ai arrêté.
-Pourquoi?
-Je dois préparer le concours de science.
-Tu vas le gagner de toute façon. Tu vas parler de l'invention des bateaux à hélices etc?
-Oui,exact. Sur son grand inventeur qui aura mis 40 ans à essayer de promouvoir son invention et qui finalement n'en verra jamais les résultats. Et c'est seulement après la mort,qu'on verra comme son invention était révolutionnaire pour l'époque.
-Et dire que moi à côté,je fais un expo sur la physique quantique.
-Ton exposé est plus philosophique qu'autre chose à ce que j'ai vu.
-Hey,ça reste de la science,hein. Une science humaine.
-Moui.

Soudain,surgit un inconnu avec un trench coat noir. La trentaine,brun,silhouette athlétique, costard cravate. Il a l'accent anglais.

-Excusez moi,les jeunes. Vous auriez du feu? J'ai encre perdu ce foutu briquet!
-Non,désolé mr.
-Non.
-Ok,tant pis.
-Bonne soirée,mr.
-Merci, poupée. (accompagné d'un regard lubrique)
-Poupée?
-Laisse,David. Détends toi un peu. Ah,voilà mon bus.
-Bon. A demain,alors.
-A demain. Smack.
-C'est un gros bisou,dis donc. Je vais tant te manquer.
-Plus que tu crois,David.
-Hein?

Elle entre dans le bus et disparait. David se pose une question. Que voulais dire sa dernière phrase? Pourquoi son coeur a t il tenter de s'évader de sa cage thoracique à ce moment là? C'est ce qui le préoccupe vraiment sur le chemin du retour. Mais il doit zapper. Il sort un cahier et un livre et commence ses devoirs dans le bus. Durant une demi heure, il fait ses devoirs et a fini avant de descendre du bus. Une fois descendu, il se dirige vers l'immeuble où il vit. Une grande tour de métal percant le ciel. Les parents de David sont de riches entrepreneurs. Leurs compagnies s'appelle Synch corps. Synch pour synchronisation. Ils sont dans l'industrie high tech. Ce qui permet à David de mettre la main sur quelques jolies pièces de technologies. David prend l'ascenceur jusqu'à son gigantesque appartement. A peine entré,il fonce vers sa chambre. Il ne dit bonjour à personne et personne ne le salue. David n'estpas proche de sa famille.

Enfin dans sa chambre, il s'enferme à clé et met son panneau à ne pas déranger. Les parents ont l'habitude. David rentre souvent directement "se coucher". Mais il n'en est rien. David ouvre son placard, défait un faux plafond au dessus de ce dernier en sort son attirail. Matraque, costume,ceinture et gadgets,trench coat. IL enfile tout de bas en haut. Pour finir par le masque,qui se glisse facilement sur lui. Une seconde peau. Ainsi, Night Trasher renait. Ainsi,JE renais. Bye bye ma vie chiante de petit élève coincé. Ce soir, je réponds aux appels au secours de la société. Et à toute la questions. Ce soir,je serais la réponse à tout les problèmes. Je m'avance vers ma fenêtre et j'ouvre. Je vois le vide. Je regarde tout autour un bon instant et essaye de voir si personne ne regarde de ce côté,ça l'air dégagé. Je prends mon élan et saute pas la fenêtre avant de déployer un générateur anti gravité pour voler sur deux avenues aussi vite que possible. Puis je me pose sur un toit et coupe le générateur pour économiser le peu de Batterie qu'il y a. Je ne m'en sers que pour mes entrées et sorties.

Je prends mon PDA et le branche sur la chaine d'infos locale. Et avec ma radio j'écoute la fréquence de la police. Tout ça, en courant de toit en toit. En surveillant le tout. En manoeuvrant d'un main avec mon grappin. Soudain....Un travail m'est assigné.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Night Thrasher
The New Warrior
avatar

Masculin
Nombre de messages : 28

Fiche d'Identité
A.k.a: David Alleyne
Pouvoirs: Télépathie limité,copiant les connaissances des autres.
Aspiration: Changer le monde.

MessageSujet: Re: The New Warrior.[Solo]   Mar 26 Aoû - 14:42

J'étais accroupi derrière une cheminée d'un immeuble de Greenwich Village. La radio de la police crachait qu'un cadavre avait encore ét retrouvé. Le tueur au Puzzle,on l'appelle. Jigsaw. Car celui ci prélève toujours une partie différente du corps. Comme pour assembler un nouveau corps avec toute ses pièces. Particularité, il ne tue que des femmes. Toute des immigrés clandestines et souvent anonymes qu'on ne parvient pas à identifier. J'ai une théorie sur ce tueur en série. Quelques petits indices prélevés sur les 37 meurtres de l'année qui un fois ajoutés me crée une piste simple et surement bonne. Le cadavre est sur les docks,je vais y aller. Pour aller plus vite,j'active l'exosquelette de mon costume, ce qu limitera ma fatigue et me fera bondir plus haut et plus vite. Le soleil se couche au large de New York, se reflétant dans l'eau, les vitres et le regard des habitants de la grande pomme pourrie. La lumière rase en oblique les toits et projette ma grande ombre sur mon côté. Je saute de toits en toits, les gens lèvent la tête, dégaine un appareil photo, les pigeons fuit. Les cables se tordent sous mes pas, les corniches s'effritent sous mes atterissages et les mats se tordent. Avec tout les gens qui s'appuient sur ces mats,ils finiront bien pas casserun jour ou l'autre. Je devrais faire gaffe.

Je franchis allés,avenues,rues et ruelles. Rien à signaler. A part un accident de voiture déjà gérer par les autorités. C'est calme. Mais tout changera quand les derniers rayons de lumières s'ecraseront derrière l'horizon. Les vampires sortiront. Et la machine se mettra en branle. La face cachée de la ville. Vol de voiture, trafic en tout genre,prostitutio,extorsion, viol,vol,tuerie,arnaque. Et là, je serais le rempart de l'infamie. Présent pour punir les faibles. Ces gens qui choisissent la criminalité pour survivre plutot que la lutte collective. Je suis conscient que ces gens sont des exclus du système et sont au final, des victimes aussi. Mais je dois leur apprendre à avoir d'autre buts. A servir plutot qu'à se servir. Je dois continuer sur ce message que je passe. Faire comprendre à la ville de New York que tout ses habitants doivent se réunir,sans exception pour pouvoir prendre le tournant du changement. Dans 2 ans,à moi la mairie. Pour le moment, mon discours est repris dans des livres,des articles, une série télévisé. Dommage que je ne touche rien dessus. Mais je suis suffisament riche comme ça et mon argent ne sert que pour ma croisade. J'ai tout de même hâte d'avoir un moyen de déplacement plus évident que la course à pied et la voltige. Une moto, un avion. Un truc du genre. Sauf qu'il me faudra un repère pour ne pas être vu lors de mes allers et venues....

Un bruit d'alarme de voiture se fait entendre. Je suis en train de sauter entre deux batiments et je lance un regard dans la rue que je survole. 1 homme,seul avec un pied de biche. J'ai repéré ma cible. J'arrive sur mon point de chute en face, mais mon observation m'aura détourné l'attention et me voici m'écrasant sur le toit d'en face. Aïe.....rester concentré. Rien de cassé,bien. Je fais demi tour et saute dans la ruelle en tirant mon grapin qui s'accroche à une echelle de secours,le cable se tend et me voici tombant droit sur ma cible que je frappe dans le dent de plein fouet. Le type à le souffle coupé et vole jusque dans les poubelles. L'alarme de voiture ne s'arrête pas. Je m'approche de lui lentement et sors une matraque. IL est neutralisé. Passons à la leçon. Je l'attrape au col et frappe sa clavicule droite qui se brise. Puis je brise celle de gauche. Son hurlement couvre l'alarme de la voiture. IL ne fait que crier, je ne lui laisse pas le temps de parler. Je ne dis rien. Silencieux. Inexpressif. Je frappe juste fort et là où ça fait mal. Je lui casse un poignet puis deux côtes, ensuite ce sont ses chevilles que je brise. Le type tombe à terre et j'en profite pour le passer à tabac à coup de grosses semelles. Puis,ma voix s'élève. Une voix terrifiante.

-Ton âge.
-YAAAARGH. Putain,au secours. AAAAAAAIIIIIIIE!
-TON ÂGE.
-15 ans,putain. 15 ans.
-Change de vie. Ton hospitalisation te donnera le temps de refléchir et de reprendre des études à domicile. Fait quelque chose de ta vie....Deviens utile à ta communauté et fais passer le message. Eduque tes frères et soeurs et ne les laisse pas être comme toi. Deviens éducateur,tiens. Maintenant,je veux ton nom.
-Roland Clayton.....Aaaaaaah....J'ai mal....
-Roland Clayton, tu auras mal toute ta vie. Tu boiteras, tes cotes seront fragiles, tes poignets te feront mal sous l'humidité. Roland Clayton, change de vie ou je reviendrais te terminer. Et je t'arracherais un oeil. Maintenant, donne moi des infos.
-Putain,mais des infos sur quoi?
-Les voitures volés sont livrés dans des garages clandestins,démontés et les pièces revendus. Pour quel garage travailles tu et qui es le propriétaire.
-Russo Garage,man. Russo Garage. Dirigé par Billy Russo, d'ici aux docks c'est son territoire.
-JE SAIS. Je n'appelle pas la police. Rends toi tout seul ou débrouille toi pour aller à l'hopital. Bonne soirée et à bientot.

Je reprends mon grappin qui pend mollement et j'appuie sur le bouton de rappel qui me remonte,laissant le jeune garçon avec ses rales d'agonie. Il crie de douleur,encore et encore. Je remonte sur les toits et file de toits en toits, quand enfin j'arrive aux docks. La police forme un cordon de sécurité, la police scientifique arrive. Je surveille la scène de loin. Puis decide d'y aller. Je place l'exosquelette au maximum et bondit de plusieurs dizaines de mètres pour finir sur un lampadaire au dessus de la scène de crime. Le fracas du métal qui tangue et de l'ampoule qui éclate attire tout les regards vers moi. La police dégaine ses armes à feu et me braquent. Je ne bouge pas. J'attends mon contact. Jean Dewolffe.

-NE TIREZ PAS!!! Rangez vos armes.

Bien. Je descends du lampadaire d'un bond. Puis je marche jusqu'à Jean Dewolffe.

-Merci.
-De rien.
-Le capitaine Georges Stacy n'est pas là,ce soir?
-Il est au poste, avec d'éventuels témoins.
-Ce sont des leurres. De faux témoins pour donner des éléments faux.
-On sait. Il est clair que la victime n'a pas été tué ici mais a été déplacé et laissé là. Sans doute que ces témoignages sont faux. Encore des fous.
-Non.
-Comment ça?
-Reflechissez.
-Vous avez trouvé,hein? C'est ça?
-J'ai une hypothèse.
-Je vous écoute.
-Plus tard.... Nom de la victime?
-On l'a pas identifié. Mais elle a un bon petit ventre, elle doit être enceinte.
-Sans doute. Encore une immigrée en situation irrégulière? Elle vient de l'est, on dirait. Quel parti a été prélevé.
-C'est ce à quoi on pense. Allez, dis moi ton hypothèse Thrasher. En comptant le bébé,ça fait 39 victimes. Quand à la partie prélevé,machoire inférieure.
-C'est un foetus, ça fait 38 victimes. Bref.... Résumons. Depuis l'hiver dernier on trouve chaque mois plusieurs victimes. Toute dans le même quartier, toute de l'est, toute jeunes, toute en situation irrégulière, sans que personne n'en ait jamais vu une seule. On le retrouve toujours nue et les autopsies montrent qu'il y a eu rapport sexuel récent presqu'à chaque fois. Alors voici l'hypothèse. Ce sont des prostituées.... Kidnappés à l'est lors de guerres civiles,elles sont ramenés ici par la mafia et jettés sur les trottoirs. Dés qu'elles posent problèmes, on les tue. Et on les jette. C'est de l'esclavage, des négriers.

Désolé de le dire,mais elles ont tout le profils de tapineuses et elles sont toujours retrouvés sur le territoire de Billy Russo. Qui est le quartier de la prostitution et des maisons closes,protégés par le maire. On nous a mis sur la piste d'un tueur en série pour qu'on se focalise sur un faux profil et tout le toutim. Mais c'est juste pour éviter qu'on remonte jusqu'à ce réseau. Russo maquille les mobiles et nous lance sur de fausses pistes pour qu'on ne s'attaque pas à lui. C'est d'une simplicité folle.
-Mon dieu.....Bien sûr.....C'est si évident....
-Oui. J'y ai pensé dés la 5 ème victime, mais je devais être sûr.
-On va arrêter,Russo alors.
-Il y a des taupes dans la police qui le préviendront et il partira pour ne jamais revenir. Je me charge de Russo.
-.....Bon sang....vous débarquez et paf,l'histoire de Jigsaw est déjà terminé.
-Je n'ai que trop tardé.
-Peut être. Vous voulez un café à la vanille avant de partir? J'aimerais que vous me racontez comment vous aviez eu ce cheminement de pensées et comment je pourrais avoir des preuves solides.
-Café à la vanille? J'ai horreur de ça. Quand aux preuves, vous n'en aurez pas besoin.
-QUOI?
-Mes amitiés à Georges, inspecteur.
-Attendez!!!

Un tir de grappin et je suis déjà parti à 200 m de là.....le cable du grappin tire très fort,je devrais baisser ça un peu. Sion je vais me démettre l'épaule ou me tordre le poignet. la traction est trop sèche..... Elle a parlé de café à la vanille....C'est ce que je preffère. J'en prends toujours un chez les Stacy. Je suis sur qu'elle se doute de mon identité. Sans doute à cause du langage coroporel ou de la voix. Il va falloir que je mette de la distance avec Gwen. Bien.....La nuit m'appartient....Et Billy Russo aussi.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Night Thrasher
The New Warrior
avatar

Masculin
Nombre de messages : 28

Fiche d'Identité
A.k.a: David Alleyne
Pouvoirs: Télépathie limité,copiant les connaissances des autres.
Aspiration: Changer le monde.

MessageSujet: Re: The New Warrior.[Solo]   Lun 2 Fév - 20:40

Le ciel disparait sous une couche de noirceur electrique, l'humidité augmente et la température chûte. Le ciel gronde, et les premiers éclairs d'un orage secs, sabrent le ciel et réveille les innocents. Sous le masque de Night Trasher, David Alleyne sourit, il aime quand je prends les choses en mains. Les éclairs assourdissants, ne couvriront pas les cris de Billy Russo. On l'appelle Puzzle, à cause de son visage morcelé, ce dernier a été mercenaire et a fait le kosovo, là bas, il a commencé à travailler pour des millices et à piller des villes et villages et a mis sur pieds, un commerce de femmes. Il est revenu à New York, après avoir été défiguré par un tir de mortier. Depuis, il gère son trafic, ses hommes pillent des villages, capturent des femmes et les envoients ici, faire le trottoir. Dés qu'une prostituée rapporte moins, se rebelle ou essaye de s'enfuir, on la mate et on la tue. Russo en a tué 38 à ma connaissance, et a essayé de nous lancer sur la piste d'un tueur en série pour que la police tourne en rond. Mais je suis au courant de son petit trafic et il ne faut pas plus de deux neurones pour trouver son stratagème. Il a brisé des familles, a tués, a violés, a réduits en esclavage des femmes innocentes et les a jettés sur le trottoir ou à la morgue, comme ile le voulait. Il mérite un chatîment.

Il se met à pleuvoir, je glisse sur les toits, virvolte entre les immeubles et me place au dessus de la masse et de la crasse. Mon ombre est furtive et se mêle à la noirceur de la cité, les fenêtres me renvoie mon propre reflet, fonçant comme une flèche, sabrant les cieux, comme les éclairs derrière moi. La pluie augmente au fur et à mesure que j'approche de l'antre de Billy Russo, la ville pleure son sacrifice et le célèbre avec sa lumière la plus pure. Ce soir, je vais sacrifier une vie au profit de plusieurs autres. Night Trasher a toujours été trop gentil, il doit faire un exemple, montrer que je ne rigole pas. Je ne suis pas un héro. Je ne suis pas un justicier. Je suis le protecteur, de cette ville. Et ceux qui feront couler le sang dans les dédales de la ville, devront l'éponger avec leurs peaux et gratteront la saleté, avec leurs os. Le cri du Capitaine de Wolffe résonne encore dans mes oreilles, elle sait que ce soir, je vais tuer. Elle est choquée, mais je la connais et au fond, elle veut la mort de ce type. Georges Stacy en revanche, ferait tout pour m'en empêcher, mais ce soir, il n'est pas là, il est sûrement avec Gwendolyne. David Alleyne a un pincement au coeur, en pensant à elle. Je l'ignore. J'arrive devant l'immeuble. Je sors des jumelles thermiques de mon attiral. Devant l'entrée, un fourgon. Dedans, 4 gardes, discrets. Dans les ruelles, il y en a 6, quadrillant le tout. Deux sur les toits. Et une trentaine dans l'immeuble, racheté par Puzzle. Je sers dans mes poings, mes matraques. Peu importe les gardes, je suis là, pour Russo. Je descends de l'immeuble sur lequel je suis, et m'approche du fourgon devant l'immeuble. Les mains dans les poches, marchant en plein millieu de la ville déserte, me mêlant à l'obscurité. Je m'approche doucement, et le ciel hurle, la tension monte, mon poing se sert. Le garde à l'avant du véhicule me voit. Sombre, marchant vers lui. Il sort un pistolet. Un éclair plus tard, j'ai disparu.

Il sort du véhicule et ses petits copains, font de même. Il regarde dans la rue, personne. Puis, vint une idée lumineuse, il regarde sur le toit du van. Et ma matraque leurs souries. Mon coeur bat, leurs visages se figent, leurs doigts se crispent, le sang va jaillir. Je lance une matraque sur le type derrière moi, la matraque lui écrase le nez, et des morceaux de cartilages lui percent les yeux de l'intérieur. Je saute, les balles fusent et s'écrasent sur la demeure de ma cible. Je ramasse l'arme, du type que je viens d'aveugler à jamais. Et je fais feu. Ils tombent. La culasse claquent sur le métal, les douilles volent, et les balles foncent comme de petites fusées sur leurs cibles, mutilant mes assaillants. Ceux de la ruelle arrivent et des armes pointent leurs nez, depuis des fenêtres. Je me glisse sour le fourgon et rit aux éclats. Je prends une bombe artisanale de ma confection et la place sous le fourgon. Devant moi, touchant le trottoir, les égouts s'offrent à moi. J'y pénètre et m'accroupie. Dans la rue, les hommes se resserrent au tour du fourgon. La bombe explose et eux avec. Tout brûle. Je ressors. La pluie et le feu, se mélangent, alors que les gardes regardent la destruction que je sème, depuis leurs fenêtres. Ils tirent. Je cours et défonce d'un coup de pied la porte d'entrée. Deux hommes me foncent dessus et tirent. Je prends tout en pleine poitrine et tombent à terre.

Le kevlar a tout pris. Je me relège et fonce sur eux. Une manchette ecrase la pomme d'adam d'un des types, qui s'étranglent alors. J'attrape l'autre et lui brise la nuque. Je traine son cadavre derrière moi, et ses vertèbres déboiter par mon geste, rayent le carrelage. Je monte des escaliers, cherchant Russo. 4 mecs me tombent dessus, je leurs lance le cadavre. Deux tombent, les deux autres sont destabilisés et tombent. Je prends un tableau, dans un couloir et le fracasse. Je prends deux gros morceaux de bois et m'en vais casser leurs clavicules. Ils hurlent. Pas le temps de tirer. Une orgie de coup et d'os brisés, marquent mon passage. 1 type se planque derrière une porte, je la fracasse et la porte lui tombe dessus. Il est assomé. Je le prends et le jette par la fenêtre. J'entends des cris dans les couloirs, venant de l'étage du dessus. Russo ordonne à ses hommes de me tuer. Ils m'attendent en haut de l'escalier. Je laisse le fenêtre brisé et me dirige vers cette escalier. Je lance une grenade aveuglante et les laisses tirer à l'aveuglette. Une fois leurs chargeurs vidés, je montent et les projettent tour à tour dans l'escalier. Ils forment une jolie pile, en bas des 60 marches. Je monte. Un type en peignoir passe devant moi. C'est Russo. Ma ceinture clignote. Mon exosquellette va s'arrêter, plus d'energie. Pas besoin. Il crie. Il parle. Me propose des services, cherche à racheter sa vie.

Je ne dis rien et m'approche de lui. Il voit que je suis determiné et cherche à m'attaquer au corps à corps, ma télépathie anticipe tout ses coups. J'attrape l'un de ses bras et explose son coude. Il hurle. Je lui brise ensuite les rotules. Il est assis contre un mur en geignant. Je sors une matraque et le castre. En ecrasant ses bijoux de famille. Le voici avec une voix d'enfant. Puis mes mains enserrent son coup et appuient. Fort. Plus fort. Encore plus fort. Il fait des gargouillis et la vie le quitte. Je sers encore, quand dix minutes plus tard, la police arrive. Les sirènes me préviennent. La police entre dans l'immeuble. Je m'approche d'une fenêtre et regarde dans la rue. Dewolff me regarde. Elle ne dit rien. Je disparais.

Plus tard, je regagne le domicile des Alleyne. Avec quelques difficultés, à cause de l'absence de mon exosquelette. Ce soir, la ville a été nettoyé. Et quelque part, à l'autre bout du monde, des familles sont vengés. Ce soir, j'ai franchi une étape. J'ai franchi une limite. Pour la première fois, j'ai tué. Et c'était facile. Car c'était une necessité. C'était une responsabilité. Je n'ai pas compté les blessés ou les morts, mais ceux qui auront survécus feront passés le mot. NIGHT TRASHER, n'hésite pas à se salir les mains. Je rentre dans la chambre de David Alleyne, à peine mon masque retiré, que David Alleyne vomit.

Oh, bon sang.... Quel heure est il? 3 heure du matin? J'ai bientot cours, je ferais mieux de me coucher. Je me change rapidement et range mon costume, me mettant au lit et laissant l'adrénaline retombé. Night Trasher a tué.... Qu'est ce qui a pu me pousser à tuer? Le fait qu'à l'usure, je me rende compte que Thrasher n'est pas assez brutal? Ou l'horreur des crimes, 38 femmes mortes et un bébé qui ne naîtra jamais? Est ce que j'ai franchi une limite à cause de ce qui s'est passé dans la vie de Night Thrasher, ou est ce que c'est à cause de ce qui a pu m'arriver à moi, aujourd'hui? Est ce qu'avoir été ignoré une fois de plus par Martha Parker, ne m'aurait pas donné une certaine colère? Allez savoir. J'y réfléchis toute la nuit. Car le sang sur mes mains, m'empêchent de dormir. L'acte de m'horrifie pas, mais les raisons...Oui....

FIN de l'introduction du personnage.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: The New Warrior.[Solo]   

Revenir en haut Aller en bas
 
The New Warrior.[Solo]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Avis sur Melita solo ?
» Quel est votre socle de God Warrior préféré format Myth Cloth?
» God warrior VS Marinas
» ALIEN VS PREDATOR: WARRIOR ALIEN
» Viking Warrior

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Marvel Universe :: L'Amérique :: Les Etats-Unis d'Amérique :: New York City :: Manhattan :: Centre Ville de Manhattan-
Sauter vers: