New Marvel Universe

Un nouvel univers marvel s'offre à vous, venez vite nous rejoindre!!! Pour votre plaisir, le forum est actuellement en restructuration. L'action prend toute sa mesure... C'est le moment idéal pour nous rejoindre !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Quelques textes

Aller en bas 
AuteurMessage
Doctor Druid
le Docteur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133

Fiche d'Identité
A.k.a: Le Docteur
Pouvoirs: Plus que tu ne peux l'imaginer
Aspiration: Rendre le monde à ses Maîtres

MessageSujet: Quelques textes   Lun 25 Aoû - 0:07

Bonsoir tout le monde. Grand fan de comics, écrivaillon plus ou moins amateur, je me propose ici de vous montrer ce que je sais et peux faire quand je m'occupe de nos personnages favoris (j'écris beaucoup d'autres choses mais je ne suis pas sûr que ça concernera tout le monde !). Je commence avec un petit délire suite à un défi sur un autre forum : il fallait faire un gros combat de super héros mais vous verrez que je contourne les règles et que je livre une vision assez personnelle de l'affrontement. Bonne lecture. Wink

Seul.

L’ennemi ne vit pas venir le coup : il tomba sur le sol en silence, accompagné par les mains expertes de son agresseur. Celui-ci s’accroupit juste à ses côtés et tourna la tête de tous côtés pour voir si un autre danger le guettait ; heureusement, il n’y avait personne. L’Indien à la petite barbichette et au costume rouge et or semblait avoir été le seul à surveiller cette zone du champ de bataille et ça ne le dérangeait pas. On lui avait ordonné de se placer là pour le combat du lendemain et quelques moments de calme sans trop de violence ne lui feraient pas de mal.

Lentement, il se releva après avoir mis les gants spécifiques au garde pour le bloquer et l’avoir laissé avec un bâillon sur un des côtés de la tranchée. Il se rappelait les images de la première guerre mondiale où des milliers de soldats s’étaient battus dans la boue, le sang et la terre pour quelques mètres durement gagnés une journée mais terriblement perdus le lendemain ; décidément, l’Histoire aimait les cycles car cet enfer était de retour. Même si maintenant, les super pouvoirs avaient remplacés les pièces d’artillerie et les super héros étaient désormais des soldats. Malgré cela, il y avait toujours quelque chose qui n’avait pas changé : les cadavres étaient toujours aussi terribles – et les décès tout autant durs à encaisser qu’avant.

Il soupira lourdement avant de s’asseoir dans la tranchée, lassé. Au loin, les bruits des combats se faisaient entendre : vision optique contre super vitesse, force surhumaine contre élasticité, etc. Parfois, il ne savait plus qui était vivant ou mort chez l’adversaire et il se demandait même si Roy ou Donna étaient encore de ce monde. Ça faisait des semaines qu’il ne les avait pas vus et même s’il savait qu’ils étaient à l’autre bout de la zone de combat avec Dinah et J’Onn, ça ne l’empêchait pas de douter. Ils étaient ses plus proches amis, sa famille même avec Garth et Wally mais il avait vu tellement de gens mourir – il se demandait même si les « bons » jours avaient vraiment existé.
Ça faisait des années maintenant que la guerre avait commencé et plus rien n’était comme avant et le monde ne pourrait pas retourner à ce bon vieux temps. Ses amis, ses compagnons d’arme avaient à un moment dû faire face à leurs responsabilités quand le monde leur avait demandé de le défendre contre des envahisseurs et ils avaient dû alors faire ce qu’ils n’avaient jamais fait : prendre des vies pour en sauvegarder d’autres, tuer pour survivre. Depuis, tout avait changé.

Il enleva doucement le masque et le laissa glisser le long de ses doigts jusqu’à ses cuisses. Il était fatigué, vraiment. Ça faisait des jours qu’il ne s’était pas douché et des semaines qu’il n’avait fait pas une nuit complète. Le costume puait la transpiration et même s’il était habitué à cette odeur, quand elle était mêlée à celle du sang et de la pourriture, il ne pouvait la supporter. Malheureusement, au vu de tout ce qu’il se passait ici et des morts horribles qu’il voyait chaque jour, il savait que ça durerait encore longtemps et surtout que jamais il n’oublierait cette odeur. Les soldats des précédentes guerres ne pouvaient dormir par la suite parce qu’ils se rappelaient des bruits, des cris de leurs camarades ou adversaires mais il savait déjà que ça ne serait pas le cas pour lui ; s’il survivait à tout ça, si le monde se calmait un peu et s’il retournait dans un vrai lit un jour, il ne pourrait pas avoir de vraie nuit parce qu’il aurait toujours la puanteur de la mort et du sang qui viendrait le hanter. Il ne sera plus jamais comme avant et se demandait même s’il avait vraiment envie de s’en sortir.

Au fond, que restait-il de ce qu’il avait été ? De ce que les autres avaient été ? Alors qu’il entendait les cris du plus féroce de leur adversaire, un petit nain vicieux aux griffes tranchantes, s’en prendre à Hal qui voulait le contenir dans une bulle d’émeraude, il savait que la réponse ne lui plairait pas. Ils avaient été forcés de prendre les armes mais ce qu’ils en avaient fait était loin d’être joli et honorable : ils ne pourraient plus jamais être ce qu’ils avaient été. Ils avaient trop sacrifiés, ils n’en étaient plus dignes.
Jadis, ils étaient des dieux, acclamés par la population, la sauvant de multiples dangers comme des crises universelles ou des savants fous par dizaines. Des dingues se disaient, faisaient du mal, tuaient, volaient mais ils parvenaient à gérer plus ou moins. Bien sûr, il y avait des dérapages comme Jason ou Barbara pour les cas qui le touchaient le plus mais globalement ça fonctionnait. Ils étaient unis, ils étaient une grande famille et s’en sortaient – mais tout fut terminé quand les autres arrivèrent.

Il ne savait toujours pas pourquoi ils s’étaient échoués sur leur monde, avec toute la population de leur planète attendant selon eux dans des vaisseaux étranges censés les garder en état catatonique le temps que leurs héros trouvent une solution. Apparemment, un monstre destructeur au nom imprononçable qui « mangeait » des planètes aurait finalement réussi à s’emparer de la leur alors qu’ils avaient toujours repoussés ses attaques jusque-là ; évidemment, dès qu’ils les virent arriver, tous les héros de son monde furent prudents et méfiants, mais ils finirent par proposer leur aide à ces nouveaux venus qui semblaient éreintés et perdus par ce qui venait de leur arriver. Ils leur offrirent même de les héberger pendant un temps, mais évidemment rien ne se passa bien.

Ils furent trahis alors qu’ils avaient donnés une main bienveillante à des monstres. Ils étaient laids, vraiment : il y avait ce petit teigneux, une grosse boule de poil bleue, un tas de pierre, une sorte d’homme en armure en qui il n’avait jamais eu confiance, un pseudo soldat américain qui était bien trop rêveur selon lui, un tas de muscle vert et sûrement sa sœur avec la même couleur que lui mais qui semblait presque nymphomane vu comment elle avait chauffé Carter. Elle fut la première à périr sous les attaques répétées de Shiera, et il ne pouvait que la comprendre après avoir observé le petit teigneux faire du gringue à Kory. La fille verte était morte avec l’aide des armes anciennes du musée de Carter mais Shiera en fut très retournée et il ne l’avait plus vu depuis cette première attaque – depuis ce premier sang versé. Il n’y pensait pas souvent parce que ça le rendait émotif, mais ce soir-là il en avait assez de se battre…assez de fuir de vieux fantômes.

En fait, il ne savait même plus parfois comment leur conflit avait éclaté. Il lui semblait qu’un de leurs hommes en armure, celui avec celle toute grise et une sorte de cape avec capuchon vert et qui était bien arrogant avait voulu prendre le contrôle de leur planète pour en devenir un despote, et ses amis avaient logiquement voulus l’arrêter. Malheureusement, le type élastique qui semblait brillant mais moins étonnant que Eel O’Brian avait essayé de parlementer pour expliquer qu’il pouvait servir pour changer le monde, qu’il n’était pas si mauvais – mais le monstre avait alors profité de ces quelques moments d’hésitation pour tuer Tim.
Il avait assisté à ça comme s’il avait été extérieur à l’action, comme s’il regardait la télévision et ne pouvait intervenir. Tout s’était passé terriblement vite mais aussi monstrueusement lentement : son ami, son petit frère était mort en une seconde mais sa chute fut horriblement longue. Il heurta le sol et sa tête roula à l’intérieur de la base de la Ligue, et personne ne put réagir pendant de longs, très longs instants. Aucun ne semblait vouloir croire ce qu’il s’était passé, que c’était réel et que le plus talentueux des plus jeunes venait juste d’être assassiné par un de ceux à qui ils avaient proposé leur aide. C’était tellement injuste, tellement horrible qu’ils restèrent là, impuissants – mais ça ne dura pas.

Contre toute attente, ce ne fut pas Bruce qui réagit en premier mais Cassie, la jeune protégée de Diana. Elle se jeta sur l’homme en armure et frappa si fort sur son casque que ses mains se mirent à saigner alors que le fer pliait terriblement sous ses coups. L’homme élastique essaya de l’arrêter mais Hal le maintint dans une bulle d’émeraude, comme celle qu’il venait d’invoquer contre le petit teigneux. Vu qu’il n’entendait plus rien et qu’il n’avait pas vu de bague partir vers les cieux à la recherche d’un autre propriétaire, ça voulait dire qu’il avait réussi – un bon point pour leur camp.

L’homme élastique leur implora d’arrêter ça mais personne ne stoppa Cassie. Pendant de longues secondes, tout le monde fixa le corps sans vie de Tim et il savait maintenant que c’était là que la situation avait dégénérée, qu’ils avaient perdu ce qui avait fait leur force auparavant. Jadis, ils avaient été des héros mais en laissant Cassie s’acharner sur cet homme, à réduire ses os en bouillie, il était clair qu’ils avaient dépassé la limite.
Evidemment, la colère de la jeune fille était légitime : elle avait perdu Conner et Bart, et sans Tim, elle n’avait plus d’ami, plus de famille. Mais ça n’était pas pour autant que ce qu’elle faisait était juste. Etrangement, Bruce intervint pour l’empêcher de donner le coup final au monstre ; alors que tout le monde pensait qu’il aurait été le premier à se jeter sur lui pour le tuer, son vieil ami s’était tenu et n’avait pas déchaîné ses vieux démons – et il était bien le seul. Chacun dans la pièce avait laissé Cassie faire car c’était ce que tout le monde avait voulu : punir cette ordure et venger Tim. A ce moment-là, tous comprirent que la guerre était déclarée et qu’il n’y aurait aucune pitié.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doctor Druid
le Docteur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133

Fiche d'Identité
A.k.a: Le Docteur
Pouvoirs: Plus que tu ne peux l'imaginer
Aspiration: Rendre le monde à ses Maîtres

MessageSujet: Re: Quelques textes   Lun 25 Aoû - 0:07

Après ça, tout alla très vite : l’homme élastique fut jugé et emprisonné dans la Cave, par Bruce lui-même. Il emmena avec lui l’homme en armure et on ne le revit plus jamais. Lui-même ne savait pas ce que son vieux mentor avait fait : l’avait-il tué ? Etait-il encore en vie ou était-il mort de faim ? Bruce le torturait-il chaque sort pour ce qu’il avait fait ? Il avait toujours été impossible auparavant de prévoir ce qu’il allait faire, mais avec la disparition de Tim, son ami devint encore plus étrange et asocial. Il laissa tomber sa lutte et son masque : ça ne l’intéressait plus. Jason et Tim étaient morts car il en avait fait des enfants soldats et il ne pouvait le supporter. Il s’enferma dans sa cave et devint le geôlier des prisonniers, refusant tout contact avec quiconque – même lui ou Clark.

Plus d’une fois, ils avaient essayés, seuls ou à deux, de venir le voir pour parler, essayer de partager sa peine mais il refusait toujours. Il s’était cloîtré là-dedans, avait renvoyé Alfred malgré que celui-ci lui ait avoué qu’ils se parlaient au téléphone une fois par semaine – mais avait refusé de lui expliquer la teneur de leurs conversations. Vieille fidélité de majordome, sourit-il alors que l’homme aux rayons optiques échappait aux assauts toujours différents de Rex grâce à son allié recouvert de glace, qui avait tué Beatriz lors d’un combat de deux forces contraires. Encore un jour sombre dans sa vie.

Et évidemment, sans Bruce, c’était à lui qu’était revenu ce masque qu’il observait maintenant comme si c’était l’enfer de sa vie – et c’était le cas. Il ne l’avait mis qu’une seule fois dans le passé, lorsque son ami avait été blessé et avait donné sa confiance à quelqu’un qui ne l’avait pas mérité. Il s’en était bien tiré à l’époque mais reprendre le flambeau après ce qui était arrivé à Tim était une horreur, mais le monde avait besoin que le symbole sur sa poitrine soit porté. Les gens avaient peur de perdre leur place, d’être remplacés par d’autres qui vivaient en animation suspendue et ils voulaient que leurs idoles soient là pour les protéger…toutes leurs idoles.
Sous la pression de Clark et Diana, il avait dû dire oui. C’était la veille de sa décapitation par le pseudo soldat américain, qui allait être massacré l’heure d’après par un groupe formé de Donna, Cassie, Barda et Kara. Même s’il ne l’avait pas fait exprès, même si son bouclier avait mal rebondi sur une partie du corps de Rex transformée pour éviter le coup, il avait tué la femme la plus extraordinaire de son monde et sa mise à mort avait été terrifiante. Encore une fois, un cap avait été affranchi et il avait observé ça…sans rien faire.

Il se sentait coupable, oui. Il n’avait pas agi, pas arrêté ses amis alors qu’il avait toujours été leur caution morale. Il était celui qui connaissait le plus de monde chez lui, il était proche de chaque équipe, avait des liens avec presque chaque héros. Même quand ils avaient décidés d’accepter les offres des « vilains », il n’avait pas opposé son veto et le massacre du Kansas – où les deux groupes de « vilains » de chaque univers s’étaient massacrés en faisant exploser la ville de Clark, ce qui lui fit abandonner son costume pour une simple combinaison noire et le fit taire à jamais – avait bien montré combien il avait été stupide de les croire dignes de leur confiance. Il ne savait pas pourquoi il était resté là sans rien faire, alors qu’il avait su comment ça se terminerait, mais les faits étaient là : il était responsable de tout ça car il n’avait rien dit.

Evidemment, ce n’était pas de sa faute si le monde était devenu fou mais il aurait pu empêcher ça. Au lieu d’agir, de faire ce qu’il avait toujours fait en évitant d’être comme Bruce, il était resté seul et silencieux, écrasé par le poids de ce masque et de ce costume. Il voulait être à la hauteur mais ne voulait pas porter ce symbole : ça l’avait troublé de longues semaines et tout ça s’était produit sans qu’il puisse faire quelque chose, car il n’avait pas pensé en avoir le droit. Il était terrifié à l’idée de ne pas être assez comme Bruce, de l’être trop parfois et il n’avait été qu’un spectateur d’un drame qu’il aurait pu éviter. C’était horrible pour lui mais il continuait quand même le combat.

Son monde avait besoin de lui, besoin de quelqu’un pour porter ce symbole. C’était dur, terrifiant et monstrueux mais c’était sa croix pour avoir laissé Tim venir à la réunion sur l’homme en armure, pour n’avoir pas assez peaufiné le plan d’attaque de Diana contre l’astéroïde de leur ennemi – appelé simplement par une lettre d’alphabet mais il ne savait plus laquelle – et surtout pour être resté là sans rien dire, alors qu’il n’avait jamais été ainsi et qu’il n’aurait pas dû faire ça. Tous ceux qu’il avait connu avaient changés comme jamais et il savait qu’ils ne seraient plus comme avant : Wally avait perdu son bras, Connor était aveugle, Garfield était porté disparu depuis la mort de Raven…tous ceux à qui il tenait était plus ou moins mort, ou bien ne voulait plus le revoir comme Barbara qui faisait tout pour arrêter la guerre et le critiquait pour son rôle là-dedans.

Au fond, il avait toujours été responsable mais il saisissait maintenant le double sens de ce mot. Il avait toujours pris ses responsabilités mais était désormais aussi coupable de tout ça et il devait donc continuer à porter ce symbole, ce masque qui lui rappelait tant ses erreurs et leurs impacts terrifiants. Bruce avait perdu ses parents et se sentait coupable d’avoir survécu, et il était devenu grâce à ça le plus grand des combattants. Lui aussi avait vécu une telle perte mais n’en avait pas autant souffert que Bruce grâce à ses soins, parfois durs mais qui avaient fait leur office : il n’était pas devenu comme lui…à l’époque.
Malheureusement, ceux qui portaient ce costume avaient apparemment besoin de souffrir comme jamais et de vouloir mourir pour rejoindre leurs proches pour être bon – et il n’échappait pas à la règle.

Etre ce qu’il était maintenant était terrifiant, mais c’était ce qu’il devait faire. Et alors que le signal arrivait à sa montre et qu’il entendait Jay et Jesse arriver en trombes pour venger leurs proches décédés, et qu’il voyait même de là où il était l’armure de l’homme en rouge et or et la petite veste brune de la fille à la mèche blanche dont le contact était mortel qui fonçaient sur eux en volant, il savait que le moment de détente était passé et qu’il devait se remettre au combat. Calmement, il remit sur sa tête son masque et monta sur la tranchée, les poings serrés.
Il allait se battre, il allait frapper jusqu’à ce que les autres s’arrêtent ou qu’il les oblige à le faire. Telle était sa pénitence pour avoir pu arrêter tout ça avec ses multiples liens chez ses amis toute cette horreur et n’avoir rien fait. L’évolution de sa guerre était de sa faute : en quelques sortes, il avait aidé à la commencer. Il devait être sûr de la terminer – ou au moins de mourir en essayant. Seulement ainsi aurait-il la paix qui le fuyait depuis tant d’années.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doc Ock
Ghosts in the Machine
avatar

Masculin
Nombre de messages : 49

Fiche d'Identité
A.k.a: Otto Octavius
Pouvoirs: Bras mécanisés
Aspiration: Satisfaire son égocentrisme/Protéger les civils-neutraliser les menaces

MessageSujet: Re: Quelques textes   Lun 25 Aoû - 0:58

Hé, mais c'est très sympa tout ça, j'aime beaucoup l'idée et le style est pas mal.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doctor Druid
le Docteur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133

Fiche d'Identité
A.k.a: Le Docteur
Pouvoirs: Plus que tu ne peux l'imaginer
Aspiration: Rendre le monde à ses Maîtres

MessageSujet: Re: Quelques textes   Mar 26 Aoû - 16:27

Merci.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Iron Fist
New York Kung Fu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 53

Fiche d'Identité
A.k.a: Daniel Rand
Pouvoirs: Adepte de l'Art du Déplacement, Maître ès Kung Fu et le Poing d'Acier (indestructible et surpuissant)
Aspiration: Avide de sensations, braver la justice lui permet de s'éclater

MessageSujet: Re: Quelques textes   Lun 2 Mar - 14:35

Waoh...! Shocked Je viens de tomber sur ce texte un peu par hasard en me promenant sur le forum et j'ai vraiment aimé.

Quelle bonne idée et originale. On ressent clairement la dureté du conflit.

La suite vite! geek
Encore bravo! Very Happy

PS: je n'ai pas reconnu l'indien à la petite barbichette et au costume rouge et or...?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Mad Knight
Chevalier Savant


Masculin
Nombre de messages : 25

MessageSujet: Re: Quelques textes   Lun 2 Mar - 21:43

Il n'y aura pas de suite : je laisse au lecteur le soin d'imaginer la résolution qui ne peut être que sanglante. Pour l'Indien, il s'agit de Thunderbird III, mutant créé par Claremont dans sa Revolution et petit-ami assez rapide de Psylocke.
J'ai néanmoins d'autres textes de ce genre, pas forcément aussi bons (certains sont anciens).

Merci de la lecture.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doctor Druid
le Docteur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133

Fiche d'Identité
A.k.a: Le Docteur
Pouvoirs: Plus que tu ne peux l'imaginer
Aspiration: Rendre le monde à ses Maîtres

MessageSujet: Re: Quelques textes   Ven 3 Avr - 1:11

Toujours un prix.

« Quelle heure est-il ?
- Moins le quart.
- De quoi ?
- Moins le quart.
- Oui mais moins quart de quelle heure ?
- De quatre.
- Il est quatre heures moins le quart ?
- Ouais.
- Du matin ?
- De l’après-midi. T’as ‘têt trop bu, toi. Et pas assez dormi. »

Warren se cogna le front en se levant trop vite de son lit superposé : un grognement de douleur accompagna sa rapide descente de l’échelle pour sauter sur le sol sale de la chambre de six mètres carrés qu’il partageait avec Louis, son collègue de jour qui le regardait comme toujours étrangement. Warren boutonna sa salopette bleue qu’il n’avait pas quitté depuis trois jours ; encore quatre et il pourrait la mettre au sale et en récupérer une autre. Pour le moment, l’odeur n’était pas encore insupportable, il avait de la chance : d’habitude, c’était une torture dès le milieu de la deuxième journée.
Malheureusement, il semblait que la chance ne soit pas plus présente ; il était en retard et ne prit même pas le temps de prendre son petit-déjeuner, composé d’une soupe de pois et d’un vague jus qui n’avait d’orange que le nom. Encore de la sous-marque en provenance d’Asie, mais c’était tout ce qu’ils pouvaient se payer.

Sans même saluer son collègue qui s’était couché sur son lit après ses onze heures trente de travail, Warren passa la porte et se dépêcha de sauter dans le long escalier de leur résidence. Le bâtiment avait été construit six ans auparavant mais puait déjà la pisse et l’abandon de l’espoir. Ceux qui vivaient ici savaient très bien quelle existence ils devaient mener, et l’acceptaient jusqu’à ce qu’ils en finissent. Warren passa à l’étage des prostituées puis termina sa course sur le palier de l’immeuble. Il avait fait en moins d’une minute la descente de six paliers, c’était impressionnant…mais peut-être pas assez pour avoir son train.

Il continua de courir, espérant que ses poumons fatigués par la cigarette et les fumées de l’Usine tiendraient encore. Il n’avait que vingt-six ans mais en semblait quinze de plus, comme à peu près tous ceux de son immeuble. Warren était une des Petites Mains de l’Usine, ceux qui travaillaient quasiment douze heures par jour sans relâche pour un salaire de misère et le « droit » de vivre dans un des bâtiments de la Compagnie, moyennant la moitié de leurs revenus, bien sûr.
Il savait très bien que c’était injuste et horrible, mais il ne pouvait faire rien d’autre ; malgré la pisse, malgré les maladies transmises par les prostituées du premier étage, malgré Louis qui avait parfois les mains baladeuses la nuit, il était toujours mieux traité que ceux vivaient dans les égouts et plus généralement au niveau inférieur, qui mangeaient rats et déjections pour survivre. Jamais il ne pourrait élever son niveau de vie – c’était réservé aux Grands Yeux et aux Beaux Esprits –, il ne pouvait donc que se battre pour garder ce qu’il avait.

Un siècle plus tôt, des hommes et des femmes s’étaient battus pour plus d’égalité dans le monde : l’Amérique s’était soulevée, bientôt suivie par la France. Malheureusement, tout ça avait disparu : le XIXe siècle n’avait pas su relever les défis de la fin du XVIIIe, et alors qu’ils approchaient bientôt du XXe, Warren savait que rien ne changerait. Le Fer règnerait toujours et la Vapeur continuerait ses avancées : on parlait de plus en plus de machines censées joindre les continents pour que les automobiles puissent passer de l’un à l’autre sans trop de souci, avec en plus des possibilités pour aller dans des « royaumes souterrains ». Avec des gens comme Von Horlow et Gallach, la Science semblait sans limite…du moment qu’elle s’occupait d’enrichir la Compagnie.

Warren avait déjà mal aux pieds mais parvint finalement à son arrêt. Plusieurs personnes étaient déjà présentes et avaient sorties leurs morceaux de charbon ; heureusement, il préparait toujours le sien dans la poche de sa salopette avant de s’endormir. Il reprit difficilement sa respiration, passant doucement sa main dans ses cheveux sales. Il n’était pas beau à voir, n’était pas lavé depuis trois semaines et faisait peur, mais personne ne le regardait – car tout le monde était comme lui.
Ils étaient à dix-huit mètres du sol, avec au-dessus d’eux trois autres arrêts du long réseau du train passant dans la Ville. Il y avait différents points pour rejoindre les autres niveaux mais Warren n’aurait jamais le droit d’y parvenir : il n’avait pas son code sur le bon côté de sa main pour ça – il l’avait sur le dos de son poing.
Seuls les Grands Yeux pouvaient allés au niveau deux car ils avaient dans la paume, seuls les Beaux Esprits pouvaient accéder au niveau trois car ils avaient le leur sur l’avant-bras et enfin le dernier était réservé aux Maîtres de la Compagnie, ceux que personne ne connaissait.

Pour les gens comme lui, c’étaient des figures quasi divines, inconnues et inébranlables ; il était né alors que le système avait déjà été mis en place, avec les Couveuses Spéciales au deuxième niveau où les enfants étaient gardés jusqu’à leur huit ans, où ils commençaient en Petites Mains. Le monde ne tournait peut-être pas rond, mais pour Warren ça avait toujours été comme ça…il ne pouvait rêver d’autre chose que dans les quelques livres qu’il trouvait, mais rien de plus.

Le train arriva alors, accompagné de son escorte de fumée noire. On ne voyait presque pas le corps du véhicule tant le relent de la grande machine à vapeur était forte, et cela ressemblait plus à une locomotive menant aux Enfers que le moyen de transport que c’était censé être. Tous les jours, Warren le prenait pour rejoindre l’Usine où il devait travailler pendant six heures avant d’avoir une pause de trente minutes pour manger, pour finalement reprendre et finir, exténué, sa nuit. Il faisait partie de l’équipe nocturne, et ne connaissait presque plus les rayons de soleil. Les seuls qu’il voyait, c’étaient ceux de la Journée des Joies, instituée une douzaine d’années plus tôt quand la France avait définitivement perdu la Guerre Vapeur face à la Prusse. Depuis, le pays n’était plus qu’une colonie germano-anglaise, et les conditions de vie étaient paraît-il pires.

Sans volonté, il entra dans le train, donnant au contrôleur son morceau de charbon ; comme pour tout, il fallait payer : rien n’était gratuit en cette fin de siècle. L’accès aux toilettes de l’immeuble étant payant, Warren préférait se retenir toute la journée pour la petite commission et pendant deux jours pour la grosse. Avec l’argent qu’il « économisait », il espérait pouvoir s’acheter un autre livre, mais jamais il ne pisserait dans l’escalier comme les autres. D’une, il ne voulait pas s’abaisser à ça mais surtout il savait que la Force passait souvent pour emmener ceux qui s’adonnaient à ces « plaisirs coupables » ; et il n’avait aucune envie de finir dans les prisons du niveau zéro.

Le voyage fut comme d’habitude long et morne.
Nul plaisir, nul loisir n’était présent dans le train : personne n’avait l’argent pour, et personne n’y songeait finalement ; chacun acceptait son existence, triste et lasse, comme une des finalités de l’univers. Tout le monde était entassé l’un sur l’autre, debout. Certains chanceux se trouvaient près des fenêtres à un quart ouvertes, par crainte d’un suicide ; non pas que la Compagnie ait peur de perdre un élément – il lui suffirait de chercher dans les égouts du niveau zéro pour retrouver de la main d’œuvre aisément manipulable – mais surtout qu’il était toujours ennuyeux de chercher le corps au sol, du fait que plus personne ou presque ne vivait là-bas. C’était le territoire des prisonniers et des abandonnés, et s’il était aisé d’y chercher des employés, il était beaucoup plus dangereux d’y retrouver un corps. Même si la Compagnie en laissait souvent, elle préférait les récupérer pour d’obscures raisons…Warren ne préférait ne pas y penser avant d’arriver.

Finalement, le train s’arrêta devant l’Usine, monstrueux bâtiment prenant racine sous le niveau zéro et terminant au niveau quatre. Il s’agissait du bâtiment le plus impressionnant de la Ville : si celle-ci était faite d’immeubles monstrueux, de buildings sombres et froids autour desquels le train zigzaguait abondamment, l’Usine était véritablement à part. Construite plusieurs années plus tôt, elle était le centre économique et géographique de la cité ; elle était ce qui la faisait vivre et ce qui régnait sur les vies de ceux qui y travaillaient.
Dans la Ville, on naissait grâce à l’Usine qui finançait les Couveuses Spéciales, on travaillait à l’Usine, on dormait grâce à l’Usine et on y mourrait pour y « revenir », sans que personne ne sache vraiment comment. Warren aurait bien voulu découvrir ce mystère, mais nul ne semblait vouloir en parler. Tout le monde avait peur de savoir, en fait.

Avec un visage fermé, il s’avança donc vers l’entrée de l’Usine, comme tous les autres. Pas un ne risqua un regard sur les autres niveaux : tous savaient qu’ils seraient soit dévorés d’envie, soit terrifiés en voyant ceux du sol s’acharner contre l’Usine. Ils la tenaient comme responsable de leurs malheurs, même si personne ne savait vraiment ce que ça voulait dire ; plusieurs légendes courraient sur le fait qu’ils seraient d’anciennes Petites Mains ayant été rejetés par les Beaux Esprits, mais rien de concret. Comme d’ailleurs les mystérieux bruits qu’on entendait la nuit quand on se baladait : des sortes de cris inhumains et déchirants étaient poussés à cause de hurlement quasiment animaux. Warren n’avait assisté à ça qu’une seule fois, mais ça lui avait suffi pour ne pas dormir plusieurs semaines durant.

Comme d’habitude, il se présenta à la porte de sa section, spécialisée dans l’assemblage de la partie inférieure des sièges d’automobiles. Toute la journée, il montait les deux mêmes pièces aux mêmes endroits et vérifiait que son collègue avait précédemment bien mis une autre pièce au bon endroit. Tout le temps, encore et encore, les mêmes gestes, les mêmes attitudes. Beaucoup devenaient fous à cause de tout ça mais la Compagnie leur donnait des cachets – moyennant un quart de leur salaire, bien sûr. Ces pauvres types étaient quasiment catatoniques et ne mangeaient presque plus, mais au moins continuaient leur travail.
Pour la Compagnie, c’était parfait. Pour Warren, ça ne semblait pas « juste » mais il ne savait pas vraiment ce que ça voulait dire ; il avait appris le mot dans un livre acheté au marché de son niveau, et en avait conçu une certaine définition, mais tout ça restait très flou.

Sans entrain, il passa donc devant un des Grands Yeux qui cochait sur sa liste les employés de sa partie de section dès qu’ils lui présentaient leur code : chaque section étant immense, il y avait à chaque fois six Grands Yeux, chacun s’occupant d’une zone différente et devant connaître chaque travailleur pour pouvoir le surveiller et le noter présent ou non. Du fait de leur emploi, ils avaient un pouvoir de vie ou de mort sur les gens comme Warren et en abusaient : des cas de viols et d’abus étaient fréquents, et tous les Grands Yeux étaient corrompus pour « augmenter » les notes qu’ils rendaient aux Beaux Esprits. Bien sûr, ils ne changeaient jamais rien sous crainte de redevenir des Petites Mains, mais empochaient quand même l’argent ; et les gens payaient par crainte d’être encore plus mal notés.

« Toi. »

Warren déglutit quand le Grands Yeux le pointa de son doigt sale et noirci par son crayon. Souriant sadiquement, habillé d’une chemise jadis blanche et désormais beige, il lui fit d’approcher avec son os à peine couvert de chair ; immédiatement, il obtempéra, le cœur battant la chamade. Il avait peur comme jamais : ce n’était pas bon signe d’être appelé par un Grands Yeux, surtout par un vicieux comme lui. Ca ne faisait que quelques mois qu’il avait été affecté là, et voulait se faire encore bien voir par les Beaux Esprits par des excès de zèle. Quelques collègues avaient déjà fait les frais de sa politique de tolérance zéro, et Warren se voyait déjà abandonné dans les égouts pour une erreur bête ; même s’il ne s’en rappelait d’aucune, il savait que ça ne changeait rien pour les Grands Yeux.
Après tout, un employé ne comptait nullement pour l’Usine et à fortiori pour la Compagnie, qui exportait ses produits dans des endroits inconnus des gens comme lui. Il ne représentait rien, encore moins que ceux du niveau zéro qui semblaient ennuyer la Compagnie et dont elle se préoccupait au moins un peu.

« On te demande derrière.
- Qu…quoi ?
- Vas-y. Maintenant. »

Le Grands Yeux montra de son ponce osseux une porte derrière lui, que Warren n’avait jamais vu auparavant. Etait-elle nouvelle ? Venait-on de la construire ? Il savait que c’était impossible, que ça aurait nécessité des travaux qui auraient nui à l’efficacité de la section et que personne ne pouvait accepter ça ; ça voulait donc dire qu’elle avait toujours été là, mais qu’il ne l’avait jamais remarqué.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Doctor Druid
le Docteur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 133

Fiche d'Identité
A.k.a: Le Docteur
Pouvoirs: Plus que tu ne peux l'imaginer
Aspiration: Rendre le monde à ses Maîtres

MessageSujet: Re: Quelques textes   Ven 3 Avr - 1:12

Autour de lui, ses collègues passèrent, le visage morne et les yeux rivés sur le sol, apparemment détachés de son sort. Il aurait été comme eux si c’était arrivé à quelqu’un d’autre : en plus du fait que les Grands Yeux n’appréciaient jamais qu’on s’occupe de leurs affaires, les employés étaient toujours plus absorbés par leurs propres tâches que par celles de leurs collègues.
Ne voulant pas énervé le Grands Yeux, Warren se dépêcha donc de passer à côté de lui et de passer la porte, entrant dans une pièce sombre…très sombre. Il ne pouvait dire sa taille tant l’obscurité régnait : seule une table était visible, avec une petite lampe au milieu. Il distinguait les mains d’un homme et un costume gris, mais ne voyait nul visage et nul code – ça devrait quelqu’un d’important. Il s’approcha et se rendit compte qu’il n’y avait pas de chaise : il voulut ouvrir la bouche pour le signaler mais une voix froide et métallique le coupa.

« Vous n’avez pas besoin de vous asseoir. Vous êtes le Petites Mains K140607 de la section 7b-t-r du niveau un, c’est ça ?
- Je…oui.
- Répondez clairement, Petites Mains.
- Oui.
- Vous vivez dans l’immeuble 11e-d-g, au sixième étage ?
- Oui.
- Votre colocataire est aussi Petites Mains, code J897865, vous vivez ensemble depuis trois ans.
- Oui.
- Que pouvez-vous dire sur lui ?
- Quoi ?
- Répondez : dites-nous ce que vous savez sur lui. »

Warren ne comprenait rien : qu’est-ce que ça voulait dire ? Pourquoi cet interrogatoire ? Louis avait trois ans de plus que lui, était gros, un peu fainéant mais faisant son travail aussi bien qu’un autre. Il était certes déviant et il devait réfréner ses ardeurs, mais…mais il y en avait bien d’autres comme ça ! Il en avait fait l’amère expérience lors de ses premières colocations…il ne comprenait donc pas pourquoi il devait répondre à ces questions.
Néanmoins, l’homme avait de belles mains : propres, manucurées, elles n’avaient jamais connu le travail et le costume était de très bonne facture, lavé aussi. Ca devait être un Bel Esprit, ou au moins un Grands Yeux ; se le mettre à dos était une folie qu’il ne ferait jamais.

« Louis…Louis n’est pas différent des autres : il travaille de jour, fait son travail. Mange selon les rations qu’il peut acheter, va aux toilettes une fois par jour même pour…même pour ce qui n’est pas la pisse. Je ne le connais pas beaucoup, mais c’est un employé honnête…enfin, il fait comme tous les autres. »

Warren essayait de parler le mieux possible, mais il savait que ce n’était pas parfait. Il voulait faire la meilleure impression possible pour éviter de perdre sa tête, si tant est que c’était encore possible.

« Nous savons que votre colocataire est déviant, qu’il ne se donne pas autant qu’il le faut au travail et qu’il a déjà tenté d’abuser de vous. Nous savons aussi qu’il a uriné dans l’escalier et qu’il a pris de force une des prostituées de votre immeuble. »

L’homme marqua alors un silence.
Warren ne voyait toujours pas son visage et ne devinait même pas sa silhouette. Tout ce qu’il entendait, c’était une voix mécanique, sûrement modifiée par un de ces appareils reliés aux énormes machines de l’Usine permettant de communiquer à distance ou plein d’autres choses fantastiques.

« Nous savons aussi que vous savez tout cela. »

Il ne sut pas quoi dire alors : devait-il acquiescer ? Protéger son collègue ? Tenter de l’excuser ? S’ils savaient, ils savaient et nier serait stupide. Il était en face d’un Bel Esprit, quelqu’un de deux niveaux supérieurs à lui : mentir serait une injure, presque un blasphème. Il n’était qu’une Petites Mains, moins important que ceux du sol, après tout ; moins que rien.

« Je…oui.
- Répondez distinctement. »

Sa voix avait été faible, et Warren sentit presque une émotion dans la voix métallique, comme un début d’excitation. Il ne comprit pas pourquoi, mais savait qu’il devait suivre cet ordre : sa vie en dépendait.

« Oui. C’est vrai.
- Bien, vous pouvez disposer. »

Warren fut interdit : c’était tout ? C’était fini ? On l’avait convoqué, on l’avait apeuré juste pour quelques questions menant à une vérité qu’ils connaissaient déjà ? Ils ne voulaient rien d’autre ? Encore une fois, il ne comprenait rien et voulait des réponses ; pour la première fois de sa vie, il s’opposa à la Compagnie en n’obtempérant pas : il ne bougea pas. Plus par stupéfaction que par réel sentiment révolutionnaire.

« Vous. Pouvez. Disposer. »

La voix se fit plus forte, et il eut mal aux oreilles d’entendre ce son métallique certainement poussé plus fort ; mais il ne bougea pas. Warren voulait des réponses, au moins savoir ce qu’il venait de se passer. Mû par une inspiration inconnue, peut-être du courage mais sûrement de la folie, il parla sans qu’on l’ait invité.

« Je…qu’est-ce qu’il va arriver à Louis ? Il…il ne sera plus après, hein ? Quand je reviendrais, il ne sera plus là, hein ? »

Un long silence suivit à nouveau ces quelques mots.
Warren s’attendait à être saisi par des Grands Yeux, être lancé au niveau zéro ou être rabaissé par le Bel Esprit ; il s’attendait à voir son existence détruite par ce réflexe humain mais suicidaire…mais rien ne se passa. Les secondes s’égrenèrent, tendues, tandis qu’il fixait l’homme dans l’ombre, qui tenait sa vie entre ses mains – et qui le savait, et qui en jouait.

Finalement, un petit rire mécanique rompit le silence, terrifiant par son aspect inhumain qui ne tenait pas seulement à l’appareil utilisé. L’être qui riait n’était pas comme Warren : il était plus dur, plus froid et même son rire n’était pas naturel…pas sain. Il était différent…inhumainement différent aurait dit Warren s’il avait eu le vocabulaire pour.

« Non, il ne sera plus là. Vous aurez un autre colocataire, mais ne vous inquiétez pas pour Louis : il va faire un voyage.
- Un…un voyage ?
- Oui, un voyage. Avec nous. Nous allons l’emmener dans un endroit qu’il connaît, que tout le monde connaît mais que personne n’a jamais visité. Nous allons l’emmener, et nous amuser avec lui. Ça sera très drôle, nous nous amuserons beaucoup : nous faisons ça souvent, pour nous détendre et nous emmenons quelques élus qui nous semblent conformes, qui nous semblent suivre les profils recherchés. C’est vraiment très amusant. Et qui sait, peut-être un jour aurez-vous aussi la chance de faire ce voyage avec nous…je pense même que ça peut s’arranger, dans quelques années. »

Crispé, Warren réussit par un petit miracle à sourire et sortit sans rien dire, trop heureux d’avoir échappé à la foudre du Bel Esprit. Il n’avait rien compris mais était trop heureux d’être encore vivant ; il retourna donc à son travail, se laissant aller dans ses gestes répétés qui lui semblaient si merveilleux après avoir vécu un tel moment.
Le soir, quand il rentra, Louis n’était plus là comme on le lui avait dis. Et cette nuit-là, il ne parvint pas à dormir, plus habitué à être seul dans sa chambre et encore retourné par ce qui lui était arrivé. Il avait failli tout perdre, quand même ! Et il s’en était sorti par il ne savait quelle chance folle. Marchant dans la nuit, Warren avait alors le cœur léger : il se rendait maintenant compte qu’il n’aurait plus à craindre les assauts de Louis quand il rentrerait plus tôt ou partirait tard, ou bien le dimanche matin ; il n’aurait plus à espérer qu’il ne lui prendrait pas ses rations. Il serait plus libre, maintenant…peut-être même vraiment libre ! Il pourrait s’arranger avec son nouveau colocataire pour qu’ils n’aient pas les mêmes rapports : vu qu’il serait l’ancien, il pourrait poser de bonnes conditions et être peut-être plus heureux. Il pourrait même bien s’entendre avec lui ! Ou sinon lui rendre la vie impossible pour avoir ses avantages à sa place…c’était lui qui déciderait, c’était lui qui serait libre d’avoir le pouvoir en tant qu’ancien.

Un énorme sourire apparut alors sur son visage, tandis qu’il se baladait tranquillement près de l’arrêt de train, sourire qui ne disparut que lorsqu’il entendit à nouveau les cris et hurlements étranges venant du niveau zéro. Comme d’habitude, la nuit était trop sombre pour voir quelque chose, mais cette fois-ci, Warren frissonna en entendant un des cris…et en reconnaissant la voix. L’être ou la chose qui venait de crier, de peut-être rendre son dernier soupir était connu par Warren, lui qui l’avait entendu tellement chanter lors des Journées de la Joie qu’ils avaient passés ensemble et lors des répétitions les précédent.
Et alors qu’il se pressait vers son immeuble, terrifié, il se rendait alors compte que la liberté qu’il avait chéri quelques instants plus tôt avait un prix, comme chaque chose en cette fin de siècle.

Seuls les plus forts, les prédateurs, comme dans une chasse, survivent.
Et s’amusent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quelques textes   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quelques textes
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Poèsie pour...
» Quelques photos prises hier soir...
» Quelques expressions ch'ti
» Transferts de textes
» Textes en ligne en italien.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Marvel Universe :: Salon de Détente :: RP en tout genre-
Sauter vers: