New Marvel Universe

Un nouvel univers marvel s'offre à vous, venez vite nous rejoindre!!! Pour votre plaisir, le forum est actuellement en restructuration. L'action prend toute sa mesure... C'est le moment idéal pour nous rejoindre !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Contrat.

Aller en bas 
AuteurMessage
Pete Wisdom
au service de ces dames
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167

Fiche d'Identité
A.k.a: Agent XXI/Union Jack
Pouvoirs: Lames solaires.Immunisé à la chaleur et au feu. Vol. Champ de force au corps. Super force. Sens surhumains. Accés à la magie d'Avalon.
Aspiration: Trouver le pétard infini. Le pétard de Dieu. Et le lui piquer.

MessageSujet: Contrat.   Lun 28 Juil - 14:57

26 mars 2007

Je viens juste d'ouvrir les yeux. J'ouvre les yeux,comme si j'avais pas dormi de la nuit. Comme si je les avais fermé 5 minutes et réouvert.Mais je me sens bien. Je regarde mes mains, mes paumes. Pas de cicatrices...Enfin si,mais presque invisible. L'infirmière de nuit fait vraiment du boulot extra. Heureusement qu'Urich m'a présenté. Ce matin, je me réveille dans mon grand lit. Dans ce lit ce trouve deux femmes. Sur le côté droit du lit,il y a Marlo Chandler. Une amie...avec qui je couche. Notre relation est pas...fixée. Par ma faute. Je suppose que je balise sur le fait que ma vie est un foutoir, que je suis un paumé et que je veux pas que ça affecte une fille si géniale qu'elle. En même temps,je flippe d'être juste de pouvoir avoir un peu de sentiments. Allez,savoir. Je me casse pas la tête avec ces conneries psys. Allez plutot voir Samson. Ha! Samson, lui qui explique que tout est toujours lié à l'enfance. Mai oui docteur, c'est pas lié à mon boulot,hein? L'enfer,les executions,les tortures,les mensonges,les disparitions et les sévices. Non, je suis mal dans ma peau parce que j'ai pas eu ce que je voulais à noël 1985. Foutus psy.

Entre Marlo et moi,il y a Janis. Dormant toute de travers,bouche grande ouverte, et bavant abondammant sur l'oreiller. Elle était si épuisée hier,qu'elle a dormi tout habillé. Pas comme Marlo qui est juste en sous vêtement.....Les filles ont faits un truc dingue hier. Elles ont rangés l'appart et c'est comme si....Ca avait toujours été un lieu plaisant à vivre. Elles sont formidables mes petites fées du logis. Merci à elles. Je leurs rends tout ça si mal. Hier,je suis rentré à 5 heures du matin,elles dormaient profondément. IL est 9 heures du matin,là. Du boulot m'attend. A contre coeur,je dois filer. J'embrasse Janis sur son front, puis Marlo sur les lèves et me lève du lit. Douche froide. Je repense à l'enchaînement d'évènements d'hier. Surtout d'Harkness et de Maximoff. Ca donne à réfléchir. Tout me semble si.....ABSTRAIT. J'y comprends rien. En tout cas,je sais que ça s'annonce mal pour la Terre. Je l'ai bien vu dans les rues de New York,hier.

Les cadavres entrent les poubelles. Les ombres dans la nuit. Les cris résonnant dans les allées, des pas dans une ruelle sans personne. Cette odeur de souffre....cette odeur de souffre......Les portes sont ouvertes. Les démons sortent des enfers et se déversent un par un, au compte goutte dans New York et sûrement dans le monde. Cela engage les démons déjà présents à sortir. Ils restent discrts malgré tout. Mais je donne pas 3 moi avant que ça dégénère. Il y en a que j'ai repéré. Qui me suivait. Ils viennent de deux ou trois enfers connus. Il n'y a pas que sur le purgatoire qu'une porte est ouverte. Deux autres enfers au moins sont ouverts....Pas grand ouvert,mais des accés sont crées. C'est pas normal. Peut être que ça se calmera et que la porte se fermera d'elle même. Mais je viens à en douter. Sincèrement. Il va falloir que j'élimine ceux qui me suivent. Déjà ça. Cela dit, si ils ne m'ont pas encore attaqués,c'est qu'il y a une raison.

Ils ne feraient que me suivre? Pourquoi? Des envoyés d'Harkness? Un camp opposé? Le club? Nan,pas le club. Qui sont ils? Pourquoi me suivent ils? Peut être qu'ils ont juste zéro couilles au cul et qu'ils osent pas m'affronter. Mais en tout cas,ils restent une menace,que je dois éliminer. Mais je ne suis pas encore prêt. Pas encore. Je sors de la douche et m'habille. Pas de petit déj, j'ai mieux. Cigarette du matin.

Contrat: Menacer Erik Lensherr. Erik Lensherr, président d'Avalon Corps,l'un des types les plus riches et puissants du monde et donc avec une sécurité béton. Le menacer.....Je pourrais lui envoyer une jolie lettre. Mais je serais pas pris au sérieux. Je pourrais faire une fausse tentative d'assasinat. Mais il me verrait et c'est mauvais pour moi. Sans compter qu'il a une sécurité béton et je veux pas y laisser ma peau. Je peux aussi,juste lui parler, mais y a la question de la sécurité.Je pense devoir emprunter certaines méthodes de la mafia.

10 minutes sur internet et j'ai mon plan de bataille. Je sors de chez moi,une autre sèche au bec. Où est mon briquet? Tant pis je l'allume à la main. Je monte dans le taxi. Le chauffeur est un gros braillard. Je lui donne l'adresse, il m'insulte sur tout le trajet. A mort les anglais. Tous des impuissants. Bande de caniches,etc.Il dit que les anglais sont pire que les français. Ok,ça mérite vengeance. Une fois arrivé à m'adresse,il me demande de payer. Je dis non. Il essaye de me casser la geule. Je lui pète le bras en 4. Il pleure tellement que c'en est ridicule. Batiment 221 sur la 42 ème rue. Où suis je? Chez la petite Ginger, assistante personnelle de monsieur Lensherr. Voilà,ma menace. Je vais la tuer et lui expédier en pièces à Avalon Corps avec un petit mot. En disant qu'il pourrait être le prochain. Une bonne mise en garde,je pense. C'est plus facile que je le pensais en fait. J'aurais eu plus de mal en essayant de l'atteindre,lui.

Y avait pas d'interêt à essayer de l'assasiner,en echouant exprès ça nous aurait décrédibiliser. Menace contenable.Aucun intérêt. J'arrive à hauteur de la porte de l'immeuble. Ouverture eletronique de la porte. Je connais pas le code. Tant pis. C'est quoi comme modèle? Le 1112 de Stark Industries? Ouais,je crois. Il ont un code à défaut. Un code que tout ces modèles ont en cas d'oublie de code. Des fois que quelqu'un le change et que ça marche plus. 1964. La porte s'ouvre. Je traverse le petit hall d'entrée. C'est correct,ici. Pas miteux pour le quartier. Voyons les boîtes au lettres.....Appartement 915. 9 ème étage. Je vais prendre l'escalier. En prenant l'ascenseur, je pourrais être accompagné et j'ai pas envie qu'un badaud se souvienne avoir vu un type louche et inconnu juste avant la mort d'une locataire. 9 étages....c'est haut...Pour un fumeur. Je monte les marches 1 à 1 et ça m'essoufle quand même. Une fois en haut,je dois faire une petite pause. Purée.....Allez.

Arrivée à la porte. Toc,toc,toc. Je fouille mon trench coat. Un coup d'oeil à gauche. Un à droite. Je prends mon operator bien en main. Le silencieux est fixé. J'entends un bruit de pas, elle regarde à travers le judas. Elle ouvre la porte,avec la chaîne.

-Ouais,c'est pour quoi?
-Bougez pas.
-Hein?

Je sors l'arme de ma poche et lui envoie une balle en pleine tête. Elle tombe dans l'appartement dans un bruit sourd. Je tire sur la chaine de la porte et entre. Jolie appart. Je referme la porte derrière moi et doit me mettre au boulot. Trouvez la salle de bain. Je cherche quelques secondes et trouve la fameuse pièce. Ensuite, je retourne vers la dépouille de la petite. Désolé,ma fille. Sans rancune,hein? Je fais juste ce que je dois faire. Il s'agit pas de toi ou de moi. Si ça te rassure,t'es pas la première à qui je dis ça. J'ai déjà éliminé des immeubles entiers, rasé des bases sans oublier personne. Un paquet de fois. Pour l'angleterre. Le Shield. Des amis. Des salauds en tout genre. Ca doit être fait,c'est tout. Il faut parfois tuer des gens,pour en sauver sur le long terme. C'est pas personnel. Mais j'attends quand même le jour, où enfin on me donnera la permission de coller une balle à Pete Wisdom....

Une fois le corps posé dans la baignoire et après avoir récolté les outils qu'il me fallait,je commence à opérer. Je dois la découper. Je vais commencer par couper les mains à hauteur du poignet. Puis l'avant bras à hateur du coude. Ensuite couper l'épaule. Attaque l'autre bras. Puis les jambes, couper les chevilles,les genoux puis au niveau du bassin. Le plus dur je pense. Ensuite il me reste la tête et le tronc à ne pas séparer. Sinon je vais avoir des organes partout et ça va être un foutu bordel. Je m'y attèle. 5 heures de boulot à découper un cadavre dans une baignoire. D'abord, inciser la peau à l'articulation avec un scalpel voir un gros couteau. Ecarter la peau et commencer à entamer la chair. Il faut couper la chair tout autour de l'os. Couper ensuite les tendons, les muscles avec une cisaille ou de gros ciseaux de préfférences. Attention c'est très élastique. Ensuite, il faut un tournevis pour écarter les articulations et les briser. Après ça des coups de marteau burin pour bien péter l'articulation et couper le reste à la scie à métaux. Pour le sang,il suffit de cautériser au fur et à mesure avec un fer à souder. Si y en a pas,un fer à repasser peut suffire. Mais c'est plus délicat. Cautériser bien,faut pas vous asperger de trop. L'odeur vous coupera surement l'appétit,mais le travail est déjà dégoutant en soi. Une fois votre travail fini, vous avez deux mains. Deux avant bras. Deux bras. Une tête. Un tronc. Deux pieds,deux mollets,deux cuisses. Prévoyez une boîte hermétique de 75 cm environ et rentrez les morceaux dedans. Hésitez pas à bien tasser et couper ce qu'il dépasse. Toujours dans la baignoire.

Une fois le corps rangé. Ecrivez votre mot. Le mien est: "Ne déconnez pas avec nous,Lensherr. Ou le prochain, pourrait être vous. Un de vos amis,de vos proches." Ecrivez ça avec du sang,ça marche toujours. Mettez votre mot dans une poche en plastique se fermant. Transparente de préfférence puis fermez bien la boîte. Si vous avez bien cautériser, y aura pas de sang qui coulera. Et si votre boite est bien hérmétique y aura pas d'odeur. Nettoyez la salle de bain au jet d'eau et à l'eau de javel. Après ça, il vous suffit d'appelé une compagnie de coursier dans le genre presque clandestine. Et votre colis sera livré. Vous pouvez faire un paquet cadeau.

Allez à l'adresse où vous avez envoyé le colis. Mettez vous dans le batiment d'en face et repérez votre cible si possible. Une fois que vous la voyiez,regardez la dans vos jumelles recevoir cette grosse boîte et lisez sa réaction en prenant des photos pour votre boss. Voilà, comme on fait. Comment devenir une parfaite chiure indécrottable.

Lensherr est dans son bureau. Grand le bureau. Septième fenêtre en partant de la gauche du 20 ème étage. Beau bureau. Il travaille. De l'autre côté de sa porte,un coursier amène une grosse boîte à la secrétaire qui signe le reçu. Elle regarde la boîte et l'amène à Erik Lensherr.....Bizarre ça. La sécurité ne vérifie même pas son contenu. Pour l'adresse de l'expéditeur,mettez l'adresse du comissariat de police,c'est toujours très drôle.Du plus proche. C'est eux qui enquêteront en plus. La secrétaire entre en trainant la boite,contenant sa collègue. Elle l'apporte à Lensherr....Je prépare l'appareil photo.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Magneto
L'homme de demain
avatar

Masculin
Nombre de messages : 35

Fiche d'Identité
A.k.a:
Pouvoirs:
Aspiration:

MessageSujet: Re: Contrat.   Mar 29 Juil - 14:11

Miss potts vint à sonner l'interphone. Magnus excédé par cette gourde qui ne savait même pas se servir d'un stylo réponds dans un soupir d'agacement :

"Vous n'étes donc jamais fatiguée Miss Potts ? "

"Monsieur un colis vous attend..."

"Et bien amenez-le ..."

La jeune femme pénétra dans le bureau d'Erik avec un colis/cadeau. Elle le déposa sur son bureau puis se dépêcha de sortir. L'expéditeur , le commissariat le plus proche. Bizarre, cela fait soulever un sourcil à Erik. Il détache le nœud , ouvre le carton dans le quel se trouve une boîte hermétique. Étrange. Il ouvre le côté lorsqu'une odeur monstrueuse s'en dégage. Cette odeur, il la reconnait. La même que celle des charniers d'Auschwitz et des autres camps. Il se bouche le nez, son regard devient noir. Il ouvre en entière se recule. Cette tête il la reconnait . Ginger. Une mutante de choix, une amie. Il attrape froidement le sachet contenant la carte. Puis il referme la boite il appuie sur son téléphone ; il compose un numéro, il leur demande de venir de s'occuper de la boite, décemment. Puis il raccroche. La jeune mutante, capable de se rendre invisible l'a toujours fidèlement servi. Il se jure alors de faire payer l'ordure. il se retourne face a la fenêtre tandis que des hommes en noir prennent le paquet. Il regarde les alentours avant de dire lorsqu'il est désormais seul. Il prend bien le temps de poser chaque mot au cas où l'assassin le surveille :

"Gentleman tu ne sais pas à qui tu t'attaques... Je te retrouverai où que tu te caches..."
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pete Wisdom
au service de ces dames
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167

Fiche d'Identité
A.k.a: Agent XXI/Union Jack
Pouvoirs: Lames solaires.Immunisé à la chaleur et au feu. Vol. Champ de force au corps. Super force. Sens surhumains. Accés à la magie d'Avalon.
Aspiration: Trouver le pétard infini. Le pétard de Dieu. Et le lui piquer.

MessageSujet: Re: Contrat.   Mar 5 Aoû - 1:37

Vite fait,bient fait. Contrat expédié. J'aurais peut être dû adopter une approche moins brute. Mais ça m'est impossible. Un schéma se dessine dans ma tête, un plan. Ou un début de plan,du moins. Et pour l'éxécuter;je dois me rendre au Royaume-Uni. Dés ce soir. Irlande, Liverpool, Londres et les landes. Ca en quelques jours,seulement. Je peux pas m'absenter trop longtemps. Toujours cette contrainte de temps. Avec mes jumelles,je regarde la scène. Je place une oreillette dans mon oreille droite. Et je branche le son sur mes jumelles. Technologie du SHIELD,crée par Bentley Wittman. Ces jumelles, en plus des visions différentes (c'est la base) il y a un amplificateur sonore intégré. L'amplificateur est surpuissant et il retransmet les ondes sonores venant du point que je visualise avec mes jumelles. En plus de ça, il y a un système automatique d'épuration du son afin de ne pas avoir les parasites sonores ambiants. Le son, est de qualité médiocre,mais ça suffit très largement la plupart du temps. J'ai de la chance, les vitres du bureau de Lensherr ne sont pas insonorisés, sinon c'était mort. En revanche, je suis sûr qu'elle sont blindés.

J'observe la scène. La secrétaure avec ce gros colis qu'elle trimballe avec mal. Elle le pose sur la table. Lensherr ouvre la boîte, et a un recul. Sûrement,l'odeur. Le sang humain, a cette odeur forte et âpre, presque métallique qui frappe. Et il n'y a pas que le sang, dans cette boîte. J'entre pas dans les détails.Mais on sait tous le relâchement qu'on a au moment du décés. Décontraction du sfincter. L'odeur, reste un moment à l'esprit généralement. J'ai tout mis en oeuvre pour choquer un maximum, histoire qu'il ait du mal à fermer les yeux au coucher durant les jours ou les semaines à venir. Paure,Ginger. Les dommages collatérals,c'est toujours un problème. Ce boulot est une chiotte. Lensherr, est livide. Mais il conserve son sang froid. Il ouvre toute la boîte, choqué il recule. La secrétaire hurle. Je baisse le volume de mon oreillette. Pas envie de finir sourd.

Je sais,petit lecteur. Tu penses que je suis quelqu'un de mauvais. Je dirais que je ne suis pas quelqu'un de bien. Ou alors que je suis un mal necessaire.L'amputation qu'il faut pour stopper la gangrène du monde. Ce petit comprimé dégeulasse à avaler quand on est malade. C'est moi. Ca m'amuse pas. Ca me dégoute pas non plus. Avec le temps,je deviens immnisé,insensible et c'est ça qui me dégoute.De là où tu es, tu ne connais par le monde sous le monde. Le vrai monde. Sous son masque, notre sphère bleue est une grosse boule de pus. Un gros bouton,sur la figure d'un univers docile. Tu ne peux comprendre ce que je fais, tu ne peux comprendre ce que je ressens. Mais toi qui suis ma vie, tu peux comprendre qu'en faisant se boulot, en nageant dans les vices du monde, en nettoyant tout ces excès, on ayant tout ce sang sur les mains on ne peut pas demeurer quelqu'un de bien. Qu'on finit par boire, se droguer, être sexoolique, arrogant, insensible, peu délicat. Par être une ordure. Un détritus,qu'on preffère ne pas voir laisser à la décharge. Je suis une ruine, oubliée et renié, qui essaye de maintenir le neuf sublimé et adoré.

Je fais ce quoi doit être fait.

C'est pas pour mon bien. Mais pour le vôtre, je ne tire aucune satisfaction de ce travail. Je me dis pas "Wow,je suis génial." Ou "Purée,j'ai sauvé le monde". Au contraire,ça me fait mal de sauver le monde. Ce monde condamné et agonisant dont on prolonge les souffrances. Pourquoi je fais ce boulot,alors? Parce que je sais le faire. Que ça doit être fait. Et qu'en préservant le monde,je préserve ce petit enfer personnel. Ce petit environnement ténébreux où j'erre ici et là. Trimballant mon âme, en "vivant" et en punissant d'être né et d'être moi. Voilà,pourquoi je fais ce job et je joue les taupes chez un club de bourgeois malveillants. Je sais ce que j'ai fais.Aujourd'hui,j'ai pas sauvé le monde. J'ai tué et charcuté la chair d'une innocente des heures durant juste pour le job. C'est mal. Je sais. Peut être que je fais ça pour le bien. Ouais. Se dire qu'on fait ça pour le bien de tous. Eh bien ça ne suffit pas. Le soir, on est pas satisfait ou heureux de progresser dans son job de sauveur du monde. Non. On rentre chez soi, on pose ses clés quelque part. Une clope, un bourbon et si on a encore un peu de larmes,on pleure. Revenons, à Lensherr.

Il identifie les restes de corps. Et appelle quelqu'un. Des hommes de mains viennent et se chargent de débarasser tout ça. Puis il s'isole,demeure seul. Je vais pouvoir, observer a réaction. Vu son regard,j'imagine qu'il adorerait enfoncer la trachée du type qui a fait ça dans une grosses partie de vengeance remplie d'hémoglobine. Lensherr se lève face à a fenêtre. Il regarde dehors. Et il prononce en articulant bien, (il doit penser que son assasin peut lire sur les lèves et l'observe,c'est le cas). Et il dit d'une voix pleine de haine:

"Gentleman tu ne sais pas à qui tu t'attaques... Je te retrouverai où que tu te caches..."

A d'autres. On me l'a déjà chanté ce couplet. Je pense que le contrat est rempli. Puis je laisse un message sur la boite vocale du club des damnés. On appelle on tombe directement sur un répondeur,aucune annonce et juste le bip qui retentit.

-Contrat rempli. La cible a très bien compris le message après reception. Le voici averti. Plus d'infos,lors de notre prochaine entretien. Je signale mon absence,jusqu'au 1 er avril. Une affaire à règler. Ciao.

Il ne me reste plus qu'à rentrer chez moi et à oublier tout ça. Me recentrer sur cette affaire d'enfer sur Terre et oublier ce sang qui me souille, qui s'incruste dans les pores de ma peau. Je descends du batiment, prends un foutu taxi et rentre chez moi. Quand ma fille me saute dans les bras. Je ne parviens pas à oublier, que Ginger ne pourra plus jamais serrer son père dans les bras et que même vivante,elle ne le pourrait pas...à cause de ses membres amputés.

Désolé,Ginger. Désolé....

-Papa? Ca va? Tu pleures?
-Non,chérie. Juste une larme,qui avait besoin de sortir.
-Tu me serres fort papa.
-Je sais....Désolé....
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Contrat.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Contrat.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» CONTRAT
» Contrat illustrateur
» Contrat CES = Complémentaire Zéro
» VLADIMIR VOLKOFF LE CONTRAT.....
» Contrat fédéral national 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Marvel Universe :: L'Amérique :: Les Etats-Unis d'Amérique :: New York City :: Manhattan :: Avalon Corp-
Sauter vers: