New Marvel Universe

Un nouvel univers marvel s'offre à vous, venez vite nous rejoindre!!! Pour votre plaisir, le forum est actuellement en restructuration. L'action prend toute sa mesure... C'est le moment idéal pour nous rejoindre !
 
AccueilAccueil  PortailPortail  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pete Wisdom
au service de ces dames
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167

Fiche d'Identité
A.k.a: Agent XXI/Union Jack
Pouvoirs: Lames solaires.Immunisé à la chaleur et au feu. Vol. Champ de force au corps. Super force. Sens surhumains. Accés à la magie d'Avalon.
Aspiration: Trouver le pétard infini. Le pétard de Dieu. Et le lui piquer.

MessageSujet: My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)   Mer 9 Juil - 3:14

14 mars 2007

Toute histoire commence généralement par un mec tout seul et se termine avec un mec heureux avec une princesse charmante. Pour mon histoire,c'est un peu différent. C'est plutot l'inverse. Un mec malheureux avec une princesse (remplacez princesse par pétasse,plutot) au début,et qui finit seul et ptet un peu plus heureux. Hélas, ce malotrus finira bientot avec une autre fille au grand damn de l'espèce humaine et de ces demoiselles. Personne ne devrait avoir à me supporter. Y compris moi même. Être seul avec soi même, rend fumeur,sexoolique,alcoolique et donne plusieurs autres addictions beaucoup trop glauques pour être cités ici. La scène du début prend place, dans ce trou punt sentant l'urine qu'on appelle la grande pomme. Fruit de la tentation. Si cette ville était vraiment une pomme,elle serait truffés d'asticos. New York,la ville qui ne dort jamais. Et c'est vrai. Tout le monde dort le jour. Une armée de millions de zombies déferlent le jour dans les rues,les métros, les immeubles courant après leurs boulots ou des espoirs futiles. Et c'est seulement la nuit, que les new yorkais sortent de leurs comas et de leurs otarcies pour révéler leurs vrais visages. New York est une sale ville. Très sale. A londres,on a des rats. A New York, on a des rats,des cafards et des new yorkais. Pour localiser la scène, ça se passe dans un petit immeuble de greenwich village. Dans un appartement du XVI ème étage. Cet appart n'est ni très grand,ni trop petit. Ni très beau ni très moche. Ni trop cher ni gratuit. En revanche,c'est le vrai bordel dedans. Un appart de mec quoi. Il est impossible de faire 1 pas,sans marcher sur un mégot de cigarette.

Dans cet appart,deux êtes qui croyaient s'aimer ou essayer de s'en convaincre se disputer une dernière fois. La belle au cheveu chatain,au slim blanc et au débardeur rouge, c'est la fille. Brooke,de son prénom. Regardez ces hances. Wow. Ces omoplates. Wow. Ce visage.Wow. En revanche,ne regardez pas ses bras,ses coudes et ses genoux cailleux. Sinon vous apprendriez que vous ne devez pas l'inviter au resto et payer l'addition. Car avant de quitter son resto,elle ira au toilette rendre le repas aux égouts. C'est dur d'être mannequin. Donc celle avec la compil de Portishead,c'est ma future ex. Le mec qui esquive la compil de Portishead qu'on lui lance dessus. C'est moi. Ô l'illustre narrateur de cette fable morale et de ce conte pour adulte. Pete Wisdom, jadis au service de la couronne. Aujourd'hui,au service d'un borgne amateur de cigare et de prostituées trop jeunes pour entrer à la Fac. Attention,dialogue. JE vous préviens,ce n'est pas de la haute littérature.

Brooke: Ouais,c'est ça. Je me casse!!! Je veux plus te voir. Tu m'empêches de respirer!

Pete Wisdom (moi): Ok.

Brooke: T'es bon qu'au pieu et sur le dance floor. T'es un gamin de trente ans. Tu sais rien faire à part de comporter comme un animal. Tu peux pas parler, t'ouvrir un peu.Je sais même pas c'est quoi ton job!!! Tu parles jamais de toi et on passe trois quarts de notre temps dans ta saloperie de chambre. Je supporte pas ça.

Pete Wisdom: Ok.

Brooke: Et t'es qu'un branleur. Tu te la joues avec tes costards,ton accent ridicules et tes phrases toute faites sorties de ton citations books. Et ton image de British sans coeur et plein de mystère,c'est puéril. Mais niveau personnel,caractère et personnalité t'es zéro. T'es qu'un égoiste en plus. TU penses qu'à toi.

Pete Wisdom: Ok. Si tu le dis....Dis,chérie.T'as pas vu le briquet?

Brooke: Va te faire *censuré^^*.

Pete Wisdom: Jusque là c'est toi qui te faisais *censuré^^*

Brooke: Grrrr. Tu m'énérves,tu vois on peut pas parler avec toi.

Pete Wisdom: Ben tu parles,là nan? Enfin, tu cries et j'écoute. C'est rare chez un homme ça,tu sais.

Brooke: Je vais te défénestrer.GRrrrr.Je sors mes 4 vérités et je me tire.

Pete Wisdom: Des promesses,toujours des promesses. T'as pas vu ce briquet à la con?

Brooke: Ok,je me casse. Ca va me faire des vacances de pas voir ta sale tronche d'anglais.

Pete Wisdom: Poupée,n'insulte pas l'angletterre.

Brooke: Buveur de thé! Moyen ageux. Bouffeur de gelées à la menthe. Votre reine est une grosse vache millénaire....J'en reviens pas que je m'énerve comme ça. Je veux plus te revoir.

Pete Wisdom: T'as dépassé les bornes,mon chou. Pas la reine,fallait pas. T'en as marre de me voir? Parfait. Moi aussi, marre de te voir te dandiner comme une trainée, de te voir te maquiller 2 heures pour paraitre 6 mois plus jeune et cacher tout tes défauts et ton énorme pif. Marre d'entendre tes conneries et de t'entendre déblatérer ta vie de cul-terreuse du montana qui aspire à devenir un modèle publicitaire pour exciter des vieux con de 40 ans et pousser des gamines d 14 ans à te ressembler alors que tu ressembles à rien. Marre de t'entendre vomir et d'entendre ce bruit affreux quand tu sniffes ta poudre. Marre de toucher tes jambes poilus et les os qui te serre e membre. Marre de sentir ton odeur de maquillage,de sueur,de parfum à 200 balles et de désinfectant mélangé à du vomi. Marre de gouter ton haleine de vomi et de menthos (ça c'est vraiment gerbant). Tu veux te tirer? Qu'est ce que tu attends? Tire toi. Pourquoi pas, dire c'est fini et partir comme si de rien n'était de m'anière poser et mature. On a eu du bon temps en deux adultes consentants que nous sommes ok. C'est fini,alors tire toi plutot que de ravager mon appart et de me filer une migraine carabiné.

T'es remplaçable tu vois. T'es quelconque. Et tu le sais,c'est pour ça que tu fais tant d'efforts pour te faire remarquer pour virer ce complexe d'inferiorité. Tu t'assumes pas,tant pis. Je m'en fous,mais n'expose pas tes névroses sur moi. Merci. C'était cool. Ciao. Fermes derrière toi et penses à me rendre mes dvds du doctor who et de james bond (et compte pas sur moi pour te prêter skins).

Voilà,t'as eu ta dispute? Contente? Bien. Bye

Brooke (silencieuse et retenant des sanglots): Tu te rends compte de ce que tu dis? Tu crois quoi?J'ai 17 ans,bon sang. Normal,que je sois paumé.En revanche,paumé à ton âge,ça craint.Je me tire et tes dvds tu peux te les mettre * bon vous avez deviné où,quoi*.

Pete Wisdom: Bah,c'est que des dvds. En souvenir de moi et de l'angleterre. Et puis,toute p**e mérite salaire. Alors voici ma compensation.

Brooke (éclate en sanglot et commence à partir en criant dieu sait quoi): C'est bas,ça. De ton niveau. Et dire qu'on s'est dit qu'on s'aimait. Adieu.

Pete Wisdom: Ok.

Brooke (part vers la porte et s'arrête. Tente de se reprendre,respire): Pete....Je te laisse une chance de me retenir.

Pete Wisdom: Ok.

Brooke( fulmine de rage): Connard!

Pete Wisdom: Attends!

Brooke (s'arrête hésitante. Se retourne, ses cheveux lui couvrent une partie du visage mais un peu d'espoir absurde et contradictoire luit dans ses yeux): Oui? Quoi,Peter?

Pete Wisdom: Avant de partir. Tu peux pas me dire où est ce putain de briquet?

Brooke:...Tu l'as mis dans la poche intérieure gauche de ta veste, Pete.

Pete Wisdom(trouve le briquet,le sort et allume une cigarette royale au menthol): Merci. Sympa. Tu vois,tu sais être utile. Bon,à une prochaine.

Brooke (s'en va et referme la porte en pestant): *Censuré*,*Censuré* espèce de *censuré* et de *Censuré*. Et misérable *Censuré*. Etc,etc,etc..... (j'ai même appris des insultes,elle a su être inventive. Laxatif humain,c'était une super insulte,ça.)

Je suis puant. Un gros caca,plein de jus et puant. C'est moi. Je critique les gens, mais je prétends pas être meilleur. Je connais bien mes semblables. Sauf,que y a une grosse différence. Je suis une sale odure,mais je m'assume parfaitement. On est ce qu'on est. Et s'efforcer d'être quelqu'un de bien et souriant pour répondre à un stéréotype préconçu,ça m'a jamais vraiment interessé. Elle est marrante,elle aussi. J'ai mon caractère. Et mes secrets. Si je criais partout,que j'étais un agent secret du shield,je pense pas que ce serait très profitable à mon job. Surtout,que je suis sous couverture. A ce propos,c'est une histoire de dingue. J'ai pas fait que des trucs jolies et mignons dans ma vie. JE dirais même que la seule chose de bien que j'ai faite c'est une fille. Mais je preffère pas en parler, tellement je trouve que je suis un père indigne. Bref. Voici, quelques années que je règle des affaires,tue,manipule,ment,torture. Des trucs pas super jolies. Et on appelle ça "le talent". Sympa,hein. Et ce talent a été déterminant pour m'engager sur un gros coup. Un sacré job. Une mission d'infiltration ultra secrète sur un groupuscule type illuminati etc....

Le club des damnés. On sait rien d'eux. Que dalle. Du vent, des suppositions. Ils possèderaient tout le pays et la moitié des politicards et des compagnies industrielles. La seconde guerre mondiale? Ce serait eux. Kennedy? C'est eux. L'expansion de la circulation des drogues dans les 60's c'est eux (pour secrètement financer les guerres à venir). La censur,c'est eux (les amendes pour infractio à une censure sont reversé au gouvernement). Le lobby pétrolier,c'est eux. Le virus ebola et du sida,c'est eux. L'arnaqu du bug de l'an 200,c'est eux. Les tours du WTC,c'est eux. Bush,c'est Bush mais ils sont derrière lui. Après ça,allez démêlez le vrai du faux. En tout cas,il ne sont pas nets. Et les ragots naissent de vérités,la plupart du temps. C'est un groupuscule,méga top secret et ultra dangereux. Donc,je suis chargé de les infiltrer. C'est pas une mince affaire. Je suis censé être l'un de leurs agents. Un tueur à gages,rivalisant avec Skourge. Pour l'instanton sait qu'ils existent et on connait leurs cibles.

Mais leurs intentions? Mystère. Leurs identités? Faut pas rêver. On sait rien,tout mes contrats se font de manière interposé. Une mission impossible pour un agent comme moi. En même temps,pour infiltrer un groupe de vils méchants,qui mieux choisir qu'un bad guy que personne blaire et qui est réputé pour être un vrai barjot et un pro. A vrai dire, je pense que mon caractère et mes antécédents ont beaucoup jouer pour me choisir. Mais bon,je ne m'en plains pas,hein.

Deux heures passent....je range. Pourtant,je ne vois rien de changer. A part quelques meubles abimés,des objets et des cds en moins et deux sacs poubelles plein de débris, rien de changé. C'est toujours un gros souk. Bah,on peut pas tout avoir dans la vie. Il serait d'ailleurs temps,que je me mette au boulot. Cible: Sénateur Justin Baldwin. Marié. Un enfant (robert baldwin) et un chat. Pourquoi va t il crever? Aucune idée,de leurs motivations. En revanche,je sais qu'il a voté oui pour l'interdiction des cigarettes dans les lieux publics et rien que pour ça,j'ai moins de remord. J'ai pas dis que j'en avais pas. Juste un peu moins. Je prends un bus direction Coney Island. Cette saleté de zone,bruyante et toujours pleine de monde.

A peine sorti du bus,je veux repartir. C'est ça l'amérique. Beaucoup de bruits et de lumières pour rien. Du faux sensationnels. UN paquets de merdeux. Des gens qui me regarderont d'un air assasin parce que je fume. Une odeur de friture à gerber et de graisse brulé. Super. Moi faudrait que ce soit Nick Fury qui m'ordonne de gouter à un de leurs hot dogs, sinon je risquerais pas ma vie. Regardez toute cette malbouffe. Pwouah. Ces mecs s'envoie des tonnes de malbouffes par jours. Beure de cacahouètes,nutella,viandes,viandes,viandes,viandes,mayonnaise etc,etc.... Ils sont out boudinés, taille des pantalon double XL,ont les doigts boudinés, et la peau grasse. Moi je dis rien,je leurs reproche rien. Je m'en cogne,c'est un mode de vie. Mais alors pourquoi est ce qu'ils viennent tous m'emmerder quand j'allume une clope. C'est dingue quoi. Je peux même pas fumer une royale menthol sans qu'on murmure dans mon dos. Saleté de pays. Pays de la liberté,mon cul. Pays d'être libre d'acepter sa servitude. Point barre. Le rêve américain,il fait mal au réveil. Autant qu'une soirée bien arrosée où l'on se réveille avec un énorme moustachu congolais. L'amérique,c'est un gros suppositoire. J'ai de ces images.

En attendant, je cherche le petit sénateur. Il est quelque part ici avec son assistante. Sa maîtresse. Mr le sénateur,n'est pas très fidèle. Le problème, c'est que si il est adultaire et dans un lieu publique il aura surement une casquette,un vieux T-shirt et des lunettes de soleil pour as qu'on le reconnaisse. Et là,ça va être délicat. Je m'enfonce dans la foule et fourre une cigarette dans mon bec. Je tire nerveusement dessus et me délecte de ce plaisir suicidaire. Mon cancer de poche. Ma mort en paquet de vingt. Ma santé qui part en fumée. Ce plaisir malsain qui me fera mourir jeune plutot que de vivre vieux. Je passe une heure dans ce Scatodrome à chercher ma cible. Je sillonne les allées,surveilles les attractions. Nul part. Je vois des collégiennes, des lycéénnes, des étudiantes,des jeunes femmes,des femmes moins jeunes. Seule ou à plusieurs. Et mes hormones se mettent à s'agiter. L'envie de séduire me prend. Mais je dois d'abord transformer un sénateur en steak.

L'impatience commence à se faire sentir et le soleil cogne sur moi. Ma veste me tient trop chaud,alors je suis dans l'obligation de l'enlever et de la porter à l'épaule. J'ai de peu élégantes auréoles aux bras et la transpiration de mon front commence à me courir. Mes lunnettes de soleil atténue les rayons de ce soleil qui tape,qui cogne,qui pique les yeux et veut donner des coup de soleil. Je continue de marcher naturellement,quand soudain je répère ma cible. Assis sur une petite terasse aménagé d'une petite buvette. Je m'installe alors dans un stand en face, et dépense quelques dollars pour jouer avec une carabine. Je dégomme les ballons trois par trois et accumule les points. Quelques badauds s'arrête pour regarder la performance de tir. Et hélas,ça me gêne. Pour regarder par dessus mon épaule et surveiller ma cible,mais aussi parce qu'il vaut mieux que je ne me fasse pas remarquer. Alors je me mets à manquer mes coups un à un et à me faire de moins en moins précis. Plaidant la chance du débutant qui s'est envolé. Et les rangs de spectateurs se dégrossisent. Tout d'un coup,je vois ma cible partir en direction des toillettes. Je chope un gamin et lui donne mes plombs restants et les tickets accumulés,puis me dirige vers les toilettes. Ma cible y entre. L'endroit parfait pour le buter. Hélas,il y a deux autres personnes. Je décide alors de jouer le grand jeu.


Dernière édition par Pete Wisdom le Ven 25 Juil - 13:38, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pete Wisdom
au service de ces dames
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167

Fiche d'Identité
A.k.a: Agent XXI/Union Jack
Pouvoirs: Lames solaires.Immunisé à la chaleur et au feu. Vol. Champ de force au corps. Super force. Sens surhumains. Accés à la magie d'Avalon.
Aspiration: Trouver le pétard infini. Le pétard de Dieu. Et le lui piquer.

MessageSujet: Re: My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)   Mer 9 Juil - 3:15

14 mars 2007
Je dois faire partir les deux autres pékins. Mais comment le faire? Simple. Improvisation et gêne. Voyez pourquoi on devrait me donner l'oscar. Je vas vers Justin et commence à crier d'une voix espiègle à l'intention de Baldwin.

Pete Wisdom: Han, Justin. Ca fait si longtemps que j'attends. Enfin toi et moi dans un lieu clos,j'en ai rêver tout l'après midi. Embrasse moi grand fou.

Baldwin:Hein? Mais que?

Je l'attrape par le col et le plaque contre un mur et l'embrasse à pleine bouche. Il est surpris,se débat. Là,je le choppe au burne et sert pour qu'il ne bouge pas trop. Je ris comme une grande folle et les deux autres hommes sortent des regards fort surpris et commencent à partir.

Pete Wisdom: Les garçons,vous devriez rester pour le show. Hmmm. Oh Justin.

Les deux pisseux pressent le pas et partent,choqués en claquant la porte. Là, je jette Baldwin au sol un grand bruit sourd se fait entendre et il glisse sur le carelage. Je ferme la porte des toilettes à clés. Et m'approche de ma cible. Je tire deux cigarettes de mon paquet et en fourre une dans ma bouche. Puis l'allume. Baldwin hurle.

Baldwin: Non,mais ça va pas PAUVRE CON!!! Vous êtes complètement malade!!!!

Pete Wisdom: Tiens,prends cette clope. C'est au menthol,t'auras un peu meilleur haleine.

Baldwin: Je fume pas,espèce de taré.

Pete Wisdom (illuminant mes mains de mes lames solaires,je brule les carrelage avec, Baldwin devient livide): Mais si tu fumes. Sinon,tu pars en fumée. Allez.

Baldwin: Ok....ok....Je la prends. Je la fume. OK. Je fais ce que vous voulez. Gardons notre calme. Réfléchissez à ce que vous faites,mutos.

Pete Wisdom: Je suis calme et je sais ce que je fais. En revanche,surveillez votre language.

Baldwin: Que voulez vous?

Pete Wisdom: Une licorne rose ou un poney. Mais le père noël oublie de passer chez moi chaque année,sniff. Maman dit qu'un poney c'est trop gros pour son sac. Pfff....

Baldwin: ...ok....ok....ok....vous voulez du fric? Vous savez qui je suis? Je suis un homme puissant.

Pete Wisdom: Robert Baldwin,47 ans. Groupe AB. Fan de the doors. Utilise un shampoing head & shoulders. A un chat. Un goss minable. A 21037$ sur son compte courant. Adultère. Sénateur. Chausse du 45. J'ai plein d'infos à la con comme ça. Ouais,je sais qui vous êtes.

Baldwin: Oh,mon dieu. Vous êtes un fanatique,hein? Vous êtes amoureux de moi et avez plein de photos de moi sur les murs de votre chambre,hein? Oh mon dieu. Comme dans photo obsession. Oh mon dieu. Oh mon dieu. Oh mon dieu.

Pete Wisdom: Petit 1: Je suis pas fanatique,mais anglais et hétérosexuel. 2: Je suis tueur à gages. 3: Photo obsession est un super film. 4: C'est pas ton dieu. T'as des droits sur lui? 5: Dépêches toi de finir ta clope,que je te bute.

Baldwin: Oh NON! C'est une cigarette au cyanure,hein? Je vais crever. Oh non. J'ai une femme,un enfant.

Pete Wisdom: Moi,j'ai trois chats et ils se sont suicidés. Je savais pas qu'ils savaient nouer des cordes et faire tomber des tabourets. Bref. Et c'est une clope au menthol. Le cyanure ça t'aurait tuer,direct en grosse quantité. Cette cigartte,c'est celle du condamné.

Bladwin (éclate en sanglot): Oh mon dieu.

Pete Wisdom: File ton porte feuille.

Baldwin( il le prend d'une main tremblante et me le lance): Oh mon dieu.

Pete Wisdom: Tu vois. Ca c'est pour me couvrir. Je pique le fric de toute mes cibles. Et je les fais fumer. Ensuite je dénude le filtre en partie et fais une espèce de fleur avec le mégot. Et le laisse là. Comme ça,les flics cherchent un serial killer,genre. Et pas un assasin habillé en armani. Bon....Faut y aller maintenant. Un truc spirituel à dire avant de mourir?

Baldwin: Oh mon dieu. Oh mon dieu. Oh mon dieu.

Pete Wisdom: Nan sérieux? C'est tes derniers mots?

Baldwin: Oh seigneur dieu....

Je sors un 9 mm avec silencieux et lui tire une balle dans le cou. Mort longue et douloureuse. Aussi pour lancer sur une piste de serial killer sadique. Impossible d'utiliser mes pouvoirs,on me reconnaitrait. Je sors un canif et retire la plaque de carrelage que j'ai brulé et la glisse dans une poche. Je ne laisse pas d'indices. Révéler que je suis mutant,serait absurde. Car oui,on penserait plus que je suis un mutant qu'un tueur au chalumeau. J'ouvre la porte et sors des toillettes. Puis je me barre de cet endroit. 1 heure de bus et 5 cigarettes plus tard,j'arrive chez moi. Je me pose dans mon canapé et envoie un e mail codé pour annoncer que mon contrat est rempli. Bientot l'ennui me gagne dans mon petit appartement. Et ma libido me dérange fortement. Pour passer cette envie,je décide de regarder le doctor who en dvd....Mais c'est brooke qui l'a. Alors je me décide à aller chez elle pour le bien de ma libido et récupérer mes dvds. Le lendemain matin,elle me serre des croissants et un thé au lit.

Dans cette histoire. Cette fable ou dieu sait quoi. Y a surement une morale. Enfin je suppose. Mais trouvez là,sans moi. Je suis pas doué pour tout ce qui est morale. Enfin,ça se saurait sinon.....Quelqu'un a vu ce putain de briquet? Je l'ai encore paumé.....

Pete Wisdom: Hey,mon chou. T'as pas vu ce briquet?

Brooke: Fume pas dans des draps c'est dangereux.

Pete Wisdom: Tout ce qu'on fait dans ces draps est dangereux.

Brooke: Genre,quoi?

Pete Wisdom: Genre mourir de plaisir. Enfin pour toi. Pour moi,c'est juste correct.

Brooke: Va te faire mettre. Dégage.

Pete Wisdom: OK....Mais où est ce foutu briquet?

Brooke: Dans ta veste.

Pete Wisdom: Passe le moi.

Brooke: Je t'ai dit de te tirer.

Pete Wisdom: Et moi je t'ai tiré et je veux tirer une latte,là. File mon briquet et je file à l'anglaise.

Brooke: (elle fouille la veste): Salaud. Ok...Pourquoi,t'as une plaque de carrelage brulé dans ta veste?

Pete Wisdom: Tes seins, tu les as fait refaire où? Tu faisais quoi avant? 70 A,je dirais.

Brooke (me lance le briquet à la figure): Tiens,ta merde. Barre toi,maintenant.

Pete Wisdom: Cool....Merci,chérie....Merde.....T'as pas vu mon paquet de clope?

........


Dernière édition par Pete Wisdom le Ven 25 Juil - 13:38, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pete Wisdom
au service de ces dames
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167

Fiche d'Identité
A.k.a: Agent XXI/Union Jack
Pouvoirs: Lames solaires.Immunisé à la chaleur et au feu. Vol. Champ de force au corps. Super force. Sens surhumains. Accés à la magie d'Avalon.
Aspiration: Trouver le pétard infini. Le pétard de Dieu. Et le lui piquer.

MessageSujet: Re: My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)   Jeu 10 Juil - 0:40

21 mars 2007

Hier,tu te sentais mal. Genre vide existentiel et mépris de soi. Ce matin au réveil, tu te sentais mal. Genre vide existentiel et mépris de soi. Plus gueule de bois et embarras à cause de la jeune fille dans ton lit dont tu as oublié le prénom. Tu te souviens l'avoir demandé en mariage,hier dans le bar mais lui as tu demandé son prénom? Et en plus tu parles de toi à la deuxième personne du singulier. Ce n'est pas un bon signe de santé mentale. Il me faut une clope. Je bondis du lit et cherche sur ma commode un paquet de cigarette. Je passe deux minutes à chercher,avant de réaliser que je ne suis pas chez moi. Je me souviens avoir eu du mal à mettre les clés dans la serrure. J'ai donc déduis que c'était chez moi. Et c'est simple,on était pas chez moi l'alcool n'est pour rien dans le fait que mes clés ne marchaient pas. J'essaie de me souvenir de cette soirée. Mais impossible. A part quelques bribes, je n'y arrive pas. La migraine que j'ai n'arrange rien à cette quête de mémoire. La lumière viole mes yeux bleus,je scrute le sol en quête de mes habits et surtout mes lunnettes de soleil. Une fois trouvé,je les mets sur mon nez. Chaque bruit sonne comme la cacophone de Times square aux embouteillages. C'est atroce,ma tête va imploser. J'ai l'impression d'avoir un bébé alien dans le crane et qu'il gratte pour sortir. Et je parle pas de mon foie et de mes attributs.

Je commence à m'habiller en essayant de ne pas faire de bruit et j'évite les mouvements brusques. Une fois habillé,j'essaye de sortir aussi discrètement que possible. Arrivé à la porte de la chambre, le réveil sonne. Et la belle rousse dans le lit, ouvre un oeil péniblement. Elle semble un peu moins vaseuse que moi et se redresse doucement sur son lit. D'un sourire et d'une mine fatigué elle me dit:

-Salut Pete.....Tu essayes de filer à l'anglaise.

-Euh...ouais. Exactement. J'espérais filer sans bruit et disparaitre de ta vie, mais ça a foiré visiblement.

-Ce sera pour la prochaine fois. Déjà midi.
-On a pas du se coucher tôt. Tu mets ton réveil à midi?

-Ouais,je travaille pas. Alors je me lève tranquille et je cherche un job. Tsss,qui a dit qu'une lissence en littérature t'aiderais à trouver un job?

-Ouais. Bon,je dois filer euh....

-Marlo. Mon prénom,c'est Marlo. Marlo Chandler.

-Enchanté,Marlo Chandler.

-Juste Marlo.Attends,je te fais un café et je te file une aspirine avant que tu partes,ok? Sinon tu vas dormir dans le taxi et le chauffeur va faire tourner un max le compteur pour te faire payer un max à ton réveil. Allez.

-Euh....Ouais. Merci. C'est....Sympa.

-Fais pas cette tête,t'as l'air surpris.

-Un peu. C'est que.... tu m'as l'air gentille.

-Je te dois beaucoup.

-J'étais si bon que ça la nuit dernière? Avec mon taux d'alcoolémie. Wow. Je me surprends encore. Et j'ai plus vingt ans.

-Hahaha. Oui,y a ça. Mais y a surtout que je t'ai renversé avec ma voiture...T'as quel âge?

-28 ans,mais avec la clope,j'en fais 30. Et toi,t'as quel âge?....Tu m'as renversé....C'est pour ça que j'ai mal au coccyx....Je croyais juste qu'on avait fait des positions tordus.

-Y a un peu de ça. Hier,tu sortais d'un pub de Financial district. Tu chantais God bless the queen. T'as déambulé dans la route. En marchant de profil. Et tu t'es retourné vers moi en faisant "pan " avec la main. Comme James bond,dans les vieux génériques. J'ai freiné et t'es passé par dessus le capot. Je t'ai demandé si tu allais bien et t'as dis "Je suis l'agent 021. Mais je ne suis pas un numéro, je suis un HOMME! Et mon nom est Wisdom....Pete Wisdom" T'étais complètement éclaté. Ensuite t'as déblatéré des conneries. Du genre, "Vous habitez chez vos parents?" Ou "La lueur des réverbères fait ressortir vos yeux". Etc.... Je t'ai levé et tu m'as vomi dessus. J'étais en train de te crier dessus et toi t'es monté dans ma voiture comme si de rien n'était. Et t'as dit "En partie pour l'aventure. Et l'aventure commence au red lion bar,en avant". Etc.... J'ai essayé de te virer de ma bagnole etc. Et quand j'ai réussi t'as commencé à partir à pied. Alors j'ai décidé de t'y déposer plutot. Et une fois là bas,j'ai bu et toi tu dansais à demi nu. Et on a fini chez moi.....Et j'ai 25 ans.

-25? T'en fais plutot genre 16....Sacrée soirée en tout cas....Maintenant que tu me le dis....Ca me revient.... Je me souviens de cette soirée.

-C'es vrai?

-Ben je me souviens juste avoir chanté et dansé Lucy in the sky en virant toute mes fringues.

-Hahahaha. Oui et on s'est fait virés. Tu le veux ce café?

-J'aurais prefféré un thé.

-Exigeant,dis donc. J'ai pas de thé.

-Pas grave,j'adore le café.

Tu te sens minable d'être une ordure et de vouloir plaqué cette fille splendide et gentille comme tout. Mais peut être aussi que tu as peur de la pourir à ton contact. Ca serait du déjà vu. Combien de fille as tu déjà rendu heureuse? Proche de zéro,absolument. Elle se lève et enfile un chapeau et une chemisette. Tenue interessante. Elle chancelle jusqu'au couloir et je la suis jusqu'à la cuisine. Là nous discutons tandis qu'elle fait les cafés. Ensuite nous parlons en mangeant des cookies (infectes,d'ailleurs,elle sait pas cuisiner) et en buvant notre café.

-T'es pas marié,au moins?

-Pas en ce moment,non.Et toi?

-Hahahahaha. Ok. Moi,je suis pas marié. Mais j'aimerais beaucoup me marier....pour les réductions d'impôts,tu vois.

-On est sur la même longeur d'ondes.

-Hey....je me souviens! Tu m'as demandé en mariage!!!! Hahaha,n'importe quoi. Ca t'arrive souvent,ça?*

-Demande à mes 3 ex épouses et tu verras.

-Trois? La vache.

-Trois pensions alimentaires ouais.

-Trois fois à 28 ans? Tu fais la collection?

-C'est mieux que de collectionner les timbres ou des préservatifs usagés ou paquets de cigarettes vides.

-C'est sûr. Tiens ton café....Euh...j'ai des cookies,quelque part. Tiens. Je les ai fais y a une semaine. Ils sont tellement dur que si je le lance de ma fenêtre,je peux tuer trois mecs qui passaient en dessous.

-Pas mal. T'as un bonus, si ça tombe sur un bébé dans sa poucette.

-Hahahaha. T'es méchant,dis donc.

-Pas gentil en tout cas....On est quel jour?

-Entre jeudi et samedi. Donc je dirais....Vendredi.

-Un raisonnement sans faille.

-Tu bosses pas? On est vendredi quoi. Et avec 3 pensions alimentaires....

-Si je bosse. Tout les jours.

-Tu fais quoi?

-Si je te disais,je devrais te tuer.

-Hahaha. Tu regardes trop de film d'espion.

-C'est clair.

-Dis,tu veux mon numéro de téléphone?

-Pourquoi? Je t'appellerais pas.

-Oh moins c'est franc. Ecoutes,tiens je te donne mon numéro. Et tu me donnes,pas le tien,ok? Et si t'as envie d'appeler. Tu appelles,ok?

-Euh...Ouais,ouais. Ok.

-Ca te surprend,hein?

-Ouais, je pensais pas que la femme de mes rêves existaient vraiment.

-File moi,1 dollar.

-Ok.Tiens,c'est pourquoi?

-Pour devenir riche. A chaque fois qu'on me dit ça,je taxe un dollar.

-Tu dois être riche,alors.

-T'es le premier à me le dire.

-Sans déc? Dis....t'aurais une douche.

-Bien sûr. Je te fais visiter si tu veux....

-Ca,c'est franc. Les dames d'abord.

Ce qui suit. Ca s'appelle une ellipse. Saut temporel. On sait pas ce qui s'est passé,mais on peut le deviner. Une fois qu'on sort de la douche,je m'habille et nous bavassons un peu. Puis je pars. J'allume une cigarette et prend un taxi. Jusqu'à chez moi. A peine rentré à la maison. Mon répondeur clignotte. Une mission m'attend. Surement périlleuse.


Dernière édition par Pete Wisdom le Ven 25 Juil - 13:39, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pete Wisdom
au service de ces dames
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167

Fiche d'Identité
A.k.a: Agent XXI/Union Jack
Pouvoirs: Lames solaires.Immunisé à la chaleur et au feu. Vol. Champ de force au corps. Super force. Sens surhumains. Accés à la magie d'Avalon.
Aspiration: Trouver le pétard infini. Le pétard de Dieu. Et le lui piquer.

MessageSujet: Re: My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)   Jeu 10 Juil - 1:15

21 mars

Chez moi,c'est un vrai bazar. Si je soulevais un canapé je trouverais surement un sdf bien planqué. Je devrais me payer une femme de ménage. Mais j'ai pas envie qu'on dépose une énième plainte de harcèlement sexuel contre moi. Les américains n'ont aucun humour. Le répondeur semble m'appeler. Ces clignotements répéts sont du morse. Dommage,j'ai oublié le morse. Je devrais le rééapprendre. Je m'y attèle dés ce soir. Je soupire et expulse une tonne de fumée de mes poumons et jette ma veste sur le sol. J'avance vers mon téléphone en me demandant quel contrat m'a t on donné? Tuer Xavier? Tué barack Obama (oh non,pas lui). Tuer la vache qui rit? Qui sera le prochain? HAN!!!! Si ça se trouve c'est pas un contrat mais un message de ma mère. Non,impossible. Comment aurait elle eu mon numéro. J'appuie sur le bouton du répondeur qui bippe et délivre son message. Brave messagerie.

-Bonsoir,Peter. T'es pas là...Bon,je preffère pas savoir où tu es et ce que tu fais et encore moins avec qui. Mais je voulais te rappeler que tu dois aller prendre Janis à l'aéroport la semaine prochaine. C'est mardi à 9:15. Je t'appellerais tout les jours pour te le rappeler, car je ne veux pas que tu oublies notre fille comme la dernière fois à JFK. Voilà....Et si ton job ou une pétasse aigrie t'as pas tué,pense à appeler Janis. On est jeudi et tu aurais du appeler hier. Elle a attendu toute la journée ton appel tu sais. Ah au fait,c'est Theresa ton ex femme au cas où tu aurais pas compris. Et si jamais tu écoutes ce message au bras d'une bimbo. Mademoiselle,fuyez ce mec est malsain. Bonne journée,Wisdom.

Y a des jours où je me demande si elle n'est pas encore amoureuse de moi. Et c'est pas aujourd'hui que je me le demande. C'est clair que non. Merde,Janis. Ca me revient. Hier,je chouinais parce que je me jugeais indigne de ma fille et parce qu'elle me manquait. J'ai même pleuré,je crois et j'ai été tenté d'enfoncer mon flingue dans ma bouche. Je me souviens et c'est pour ça que je suis sorti après m'être vidé une bouteille de bourbon. J'ai traversé en bas de chez moi et PAF. Miss Chamber....nan Chandler m'a écrasé. Merde,Janis. Faut que je l'appelle. Je compose maladivement le numéro de téléphone de chez Theresa. Quel heure il est? 20h? La vache,je suis resté combien de tems dans cette douche,moi? Ah ça sonne.

-Putain,QUOI?!?
-Salut,Terry. C'est Pete.

Tut....tut....tut....tut. Je rappelle.

-QUOI,WISDOM?
-Ca va pas de me raccrocher au nez?
-Tu sais quel heure il est,ici?
-Euh...Merde....plus de minuit.
-Ouais,putain. Peter, t'es vraiment une merde. T'appelles pas. Tu nous ignore, tu payes ta pension en retard. Sous prétexte que mr est un espuion du shield et sauve la Terre,blablabla. Avant de t'occuper du sort de millard d'inconnus, occupe toi donc de ta fille.
-Terry...Je....ecoute,je suis désolé.
-T'as interêt,ouais. Rappelle Demain. Oh,patacrotte....
-Patacrotte?
-Je ne dis pas de gros mots devant notre fille.
-(Pourtant elle prend l'avion à son âge.) Janis,est là?
-Chut,je parle à ma fille.......Elle a entendu le téléphone alors elle est venue voir si c'est toi qui appelais.
-Passe la moi.
-Non. Il est tard.... Janis,va te coucher.
-Terry....Allez,je t'en supplie. Passe la moi. Tu as raison sur moi, je suis une merde. Mais j'essaie de m'améliorer. Allez,s'il te plait. Passe moi,notre fille.
-C'est ma fille....Je te la passe. Mais pas longtemps. T'es qu'un sac à prout.....Tiens,ma chérie. C'est papa.
-PAPA!!!! Bonsoir papa!!! Merci d'appeler!!!! En plus je faisais un cauchemar,avec Po. Et grace à toi,je me suis réveillé. Ca va,papa? Tu fais quoi? Tu reviens quand?
-Bonsoir,ma chérie....Ca va moi....Dis moi,c'est qui ce Po?
-C'est le teletubbie rouge. Maman elle m'oblige à regarder ces sottises. Mais j'en ai pas besoin.
-C'est vrai,t'es trop intelligente pour regarder ces trucs avec des bonhommes avec une télé sur leurs ventres. Dis moi....la prochaine fois,qu'un méchant t'embête dans un rêve. Tu t'arrêtes et tu lui montres que t'as pas peur. Que tu esle chef. Que c'est ton rêve et pas le sien. Et que si il est pas content,tu appelles ton papa.
-Oui papa. T'es le plus fort. Tu pourrais même battre tout les télétubbies tout seul. De toute façon,c'est facile ils sont trop empotés.Ca se passe comment à New York?
-Bien,chérie. Ca se passe bien. Je rencontre plein de gens gentils.
-Et ton travail? Tu as arrêté plein de méchants et sauvé le monde?
-Oui,ma chérie. Ca marche très bien.
-Cool....C'est quand que tu reviens habiter à la maison?
-Jan....Ma chérie. Tu sais bien qu'à cause de son travail,papa et maman doivent vivre très loin l'un de l'autre.
-Je sais....oui....Mais tu sais,moi je pourrais venir vivre chez toi.
-Janis...je t'ai déjà expliqué....
-Ah oui....C'est vrai. Si les méchants savaient que j'étais ta fille, ils essairaient de me kidnapper. Et eux,c'est pas les teletubbies.Ils sont forts....Mais...T'es le plus fort,non?
-...Euh...Je....
-Hey,papa!!!! Ce trimestre,je suis encore première de ma classe. La maîtresse,elle veut me faire sauter une classe même. Je connais mon alphabet,l'écriture,la lecture et mes tables de multiplications. Elle a dit que j'étais très en avance.
-Je suis fier de toi,ma chérie. Très fier. Tu es la fille la plus intelligente que je connais?
-Et maman?
-Maman est très intelligente aussi.
-Papa....Maman,même si t'as dit non. Elle me force à faire du poney alors que je voulais faire du judo.En plus, je sais déjà monté à cheval,moi. C'est pas dur.
-Gardes le meilleur pour la fin. Et puis,maman a dit que tu pourrais voir tes copines et tout au club de....de canasson,là.
-D'équitation. Oui,mais j'aime pas mes copines. Elles parlent que de truc nul. Des groupes de musiques nul, britney spears, des poupées et tout. Personne veut parler des enquête policière de scotland Yard ou des libre de Conan Doyle. Etquand je parle de politisme, elles disent que je suis ennuyeuse.
-Politique,ma chérie. Tu sais,les gens ils parlent que des choses dont tout le monde parlent,de surface. Parce qu'ils ont peurde réfléchir et ça les ennuie. Les écoutes pas et reste comme tu es.
-Maman,elle veut que je raccroche. Elle dit que demain,on doit se lever tôt pour aller chez Barney.
-Barney? Qui est Barney?
-J'ai pas le droit de le dire,maman me dit que j'aurais du me taire.
-Mais tu peux tout dire à papa.
-Ben,c'est ami de maman. Et elle va souvent dormir chez lui et des fois,il dort chez nous. Je l'aime pas, il est méchant et sa barbe me pique. Et il est bête comme ses pieds. Il dit qu'il veut être dans l'émission Big Brother. Papa,je dois vroiment raccrocher,maman se fâche.
-Janis....Je t'aime,ma fille. Tu me manques. Tu me manques horriblement. Et je pense tout le temps à toi. JE t'aime plus que tout. Souviens t'en. Je t'aime,je t'aime,je t'aime. Je t'embrasse partout et je te dis bonne nuit.
-Je t'aime Papa. T'es le monsieur que je preffère au monde. Je t'aime aussi. Et tu dis pas bonne nuit à maman?
-Oh si. Dis lui que je l'embrasse. Que je lui souhaite bonne nuit et que je l'aime.....Autant que je t'aime.
-Ok,papa. Bisoux.
-Bis (ça raccroche) oux......

Tu ne l'expliques pas,ça arrive tout seul. Mais tu pleures. Tu te sens vulnérable. Pitoyable et tu as des regrets. Les larmes montent,ton visage se crispent. Tu as envie de hurler,mais tu te retiens. Tu te retiens si fort, que tu te mets à tousser en crachant du sang. Tu as du éclater un vaissea sanguin dans ta gorge en contractant trop fort. Tu te mets à frapper le canapé puis à te frapper. Tu pleures,encore et encore. Parce que tu te dis....comme à chaque fois. Que tu aimes ta fille, et que c'est tout ce que tu aimes et que ça pourrait être la dernière fois que tu entends sa voix d'ange.


Dernière édition par Pete Wisdom le Ven 25 Juil - 13:40, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pete Wisdom
au service de ces dames
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167

Fiche d'Identité
A.k.a: Agent XXI/Union Jack
Pouvoirs: Lames solaires.Immunisé à la chaleur et au feu. Vol. Champ de force au corps. Super force. Sens surhumains. Accés à la magie d'Avalon.
Aspiration: Trouver le pétard infini. Le pétard de Dieu. Et le lui piquer.

MessageSujet: Re: My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)   Jeu 24 Juil - 23:17

22 mars 2007

Je crois que chacun sait que mon appart ressemble à une décharge public post apocalyptique en pire. Mais ça peut être pire. Si,si. Là c'est le souk. Et je suis pas dans une super position. Non,je parle pas de fille. Là,je suis contre un mur et je touche pas le sol. Comment je fais? Vous connaissez la différence entre un tableau et Pete Wisdom? On a besoin que d'un clou pour accrocher un tableau. Un clou dans chaque paume. Ca fait mal. Surtout qu'ils sont chauds comme de la braise. Aïe,Aïe,Aïe. Oui ça pique. Et le sang qui coule doucement me chatouille la paume. Oui,j'entre dans l'action. On s'ennuie pas avec moi. Bon,sans moi on s'ennuie par forcémment non plus. Donc,je vous laisse placer le décor. Appartement en flamme. Des flammes vertes. Des flammes froides comme tout. Glacés. Ne les touchez pas, votre main tomberait parterre. Tout est sans dessus dessous. Moi, je suis dans une position de martyr accroché à un mur comme les posters de ma chambre. Je me suis pas fis ça tout seul. Mes fêtes sont destroy,mais quand même.

-Tu sais que tu pourrais appeler avant de débarquer? C'est pas très poli. En revanche,merci pour les clous. Jolis cadeaux. Au nombre de deux, je pourrais t'en planter un dans chaque oeil que tu as. Je pourrais te les planter dans le rectum aussi,mais t'aimerais trop ça.

-Tu connais si bien mes goûts,Pete. Je voulais venir inopinément, ça me laisse te surprendre.

-Ca pour être surpris. T'as surgi alors que je pissais. T'imagines tout ce que j'ai arrosé?

-C'était jouissif. Je comprends pourquoi tu plais aux femmes.

-T'es venu pour me draguer? Tu sais le mariage,je pense que j'ai déjà donné. Te file pas de faux espoirs.

-Oh,je vais pleurer des larmes de sang. Alors,sinon,ça va? La santé,et tout.

-Ouais,ouais. Impecc'. Enfin sauf les clous. Et j'ai un peu mal partout depuis que t'es arrivé. Mais sinon ça va. Bonne situation, Janis va bien, le boulot est captivant. Et toi?

-Je vais bien mieux depuis que je suis libre. Et je serais encore mieux quand tu seras mort. Mais on a tout notre temps.

-J'en ai marre que tout le monde me dit ça,c'est chiant à la longue. Tu sais,si j'avais encore en mémoire deux trois incantations je te les dirais pour te renvoyer de là où tu es. Mais bon...j'ai zappé. Tu savais que quand je bossais au MI 13,je m'écrivais les incantations sur les mains et bras pour m'en souvenir.

-Hahaha. Je m'en souviens. La fois où tu m'as collé au purgatoire, tu as mis 5 minutes pour retrouver la bonne incantation sur ton bras.

-Hahahaha. Ouais,c'était fun.

-Tu te rends compte? Tu m'as collé au purgatoire? Vaste néant. Pas de gens à tuer,voler,sodomiser,torturer,à charrier. Rien. Je me suis ennuyé.

-Pourtant je t'ai envoyé plein de potes aussi.

-Tu connais la taille du purgatoire?

-L'infini je crois.

-Essaye de trouver dedans là bas.

-Essaye de te répérer à New York. Hey,j'aurais pu te laisser au vatican aussi.

-C'est vrai que tu as choisi un moindre mal.

-Je t'aimais bien. T'étais encore plus moche que les autres.

-Merci. Tu sais comment parler aux démons toi.

Pour ce qu'avait pas compris, c'est un démon. Un vrai. Ils sont à peu près comme vous imaginez mais en pire. Accentuez tout. Ils ne pensent qu'à s'amuser et foutre la merde. Un peu comme des ados. La comparaison n'est pas innocente.

-En tout cas,je suis désolé de pas t'avoir envoyé une carte à ta sortie. Si j'avais su....Je me serais préparé.

-J'en doute pas. Mais je suis sûr que ça aurait été une carte pleine d'incantations et de vilains symboles.

-Tu me connais si bien,Barnabé!

-NE M'APPELLE PAS AINSI!!!!

Ouais,c'est un démon. Genre très méchant et il s'appelle Barnabé. Un nom super naze pour un démon. Petite histoire? Ok. Barnabé était un tanneur suisse du XIV ème siècle. Un jour,il a tué des gens et en a fais des vêtements. Il a tué genre 700 personnes pour ces blousons uniques qui a fait sa renommée et sa fortune. Au bout de 700,il ne s'amusait plus. Alors il a commencé à violer et tuer ses victimes avant de les transformer en cuir. Comment on change la peau d'un homme en cuir? Bah, quelques bons matériaux et ce qu'il faut de magie. Il est mort de vieillesse. Personne lui a jamais mis le grappin dessus. Le diable a apprécié son originalité et l'a renvoyé sur Terre pour foutre le boxon. Il a logé à l'Angleterre. Il s'est mis à kidnapper des orphelins pour les tranformer en fringue qu'il portait. Il a passé des années comme ça. Quand je suis entré au MI 13 (section alien,mutante et paranormale) on m'a mis en contact avec lui. En échange de jeune garçons vierges, il nous livrait des infos. On a bu quelques pots ensemble. J'ai pas fais que des trucs jolies,je vous dis. Imaginez le regard d'un enfant quand on le confie à un démon? Imaginez son regard quand il vous regarde tandis qu'on lui coue la bouche. Tandis qu'on le dépece. Tandis que vous allez à la pêche à l'info.

Un jour,il a transgressé une règle. Il est entré en avalon pour tanner des licornes,des sirènes,des dragons. On m'a chargé de le calmer. J'avais un tas de gadgets magiques à l'époque. Et ce fut simple. Je lui ai cassé la geule et exilé au purgatoire. Il est revenu apparament et il est pas très content.

Autour du cou,j'ai une amulette contre la magie et les démons. Elle immunise contre toute sorte de magie de culte. Mais ça ne marche pas sur lui. Les démons sont répartis dans des enfers différents, selon leurs diable à eux. De tel ou tel religions. Lui,i est athée. Il est parti dans l'enfer des athées. Et mon amulette ne marche pas sur lui,il n'a pas à craindre ce qu'il ignore. Je suis donc baisé. Quand je pense au souk qu'il a mis dans mon appart. J'avai des projets,je voulais regarder le Dr House que Janis m'a apporté durant son séjour. Heureusement,que Janis n'était pas là. Barnabé lui aurait rien fait. A part la forcer à regarder peut être.

-C'est quoi le programme?
-Viol. Torture. Viol. Torture. Viol. Torture sexuele. Viol. Torture. Ensuite on mange. Je t'ai ramené des coeurs de bébés. Ensuite on regarde un peu la télé. Dodo. Et torture,viol,torture,viol,torture. Etc....
-Ah....On regarde quoi à la télé?
-J'ai vu que t'avais le docteur House,là. On le regardera.
-Super,j'ai hâte. Tu peux regarder dans ma chambre j'ai plein de dvds. Dis,on pourrait boire un peu avec le repas? Style vodka?
-C'est malin,si tu es ivre tu sentiras moins les sévices que je t'infligerais. Je suis d'accord,mais je bouerais ton sang pour te purger,alors.
-J'imagine que je peux pas avoir une clope?
-Oh mais si! Bien sûr.
-T'es un pote. Le paquet est sur la table.
-Tu veux lequel?
-Lucky Strike.
-(Saisit le paquet de cigarette en sort une et me la fourre dans le bec) Ha!Ok.
-Euh,je vais avoir du mal à l'allumer là. Tu fais autre chose que des flammes vertes?
-Pas encore,mais ça fait des siècles que je m'entraine. T'as un briquet?
-Ouais. Dis, t'es sur qu'on fera pas trop de bruit avec ta torture? J'ai des voisins.
-Mais t'inquiètes pas. Ton appart est dans un pentagramme dimensionnel. Tu as dérivé de la réalité. Ton appart sera juste bordelique après. Pas de traces de sang, de flammes,rien. Juste un peu le foutoir.
-Ah ok. Parce que je suis pas en bon terme avec mes voisins et je veux pas que ça empire. Me faire expulser et tout,ce serait chiant.
-Je comprends. Où est ton briquet?
-Sais pas,je le paume tout le temps.
-Flûte. Tu veux pas enlever tes lunettes de soleil?
-Question de style. Et je te vois tout nu avec,comme ça.
-Je suis déjà tout nu.
-C'était la blague.
-Hahahaha. D'accord.
-Regarde si mon briquet est pas dans ma chambre,s'il te plait.
-Ok.

Crevure,va. Petit enfoiré impuissant. Ouf,il part dans ma chambre. J'ai un plan. Ok. Putain,ça va faire mal. J'anime mes mains de mes lames solaires. Je ne suis pas brulé bien sûr. Mes mains ne craignent pas la chaleur. Ca picotte,juste. Et les clous se mettent à devenir mous,malléables. Je dois pas les faire fondre. L'élément de surprise est important. En affaiblissant le métal des clous,je pourrais....oh mon dieu...Je pourrais les enlever en passant mes mains au travers. Ca va me laisser deux gros trous dans les mains. La vache. Faut savoir vivre dangereusement. Il hurle de la chambre:
-Il est comment ton briquet?
-En or.

Il est myro ou quoi? Pauvre débile consanguin. Allez,c'est bon,si je continue ils vont fondre. Ca ira comme ça.Il revient en remuant son croupion.
-J'ai ton briquet!
-Super. Le bouton est un peu difficile. Appuie fort. Si ça marche pas appuie deux fois.

Il s'approche de moi. Si près,que je sens sa respiration sur moi. Il appuie une fois sur le briquet,il ne marche pas. Il appuie deux fois de suite. Et un flash de lumière intense surgit du briquet et l'aveugle. Mes lunnettes me protège. J'appuie de toute mes forces contre le mur et me décolle de ce dernier. La douleur est comme vous l'imaginez. Je sens chaque millimètre qui passe dans mes stygmates.

-Pauvre con,t'as jamais vu James Bond? Tout bon espion a ses gadgets!!!

Il est aveuglé, il crie et se frotte les yeux en face de moi. Je tombe sur le sol. Les mains en sang. La plupart des démons ont été des hommes avant ils ont les mêmes point sensibles que nous. Sauf qu'ils ne meurent pas. Pas sans magie. Mais on peut les assomer,les aveugler,les etouffer ou ce genre de truc,parfaitement.

-Tu m'amuses Wisdom,mais sans grigri mystique tu ne peux me tuer.

-Imbécile. Si tu crois que j'ai besoin de ça.

Je lui attrape la tête et lui écrase le nez sur mon genou. Après ça je lui donne plusieurs coup de genoux aux côtes. Il hurle. Ne se débat presque pas.

-Vas y! Fais moi mal! Oh oui! Ca ne sert à rien. Héhéhé. Ta souffrance n'en sera que démultiplier. Tu ne peux me vaincre,tu n'as rien.
-Moi,non. J'ai rien. Mais toi,tu as de jolis flammes vertes.
-Wisdom attends,on fait un deal!

Je l'attrape au cou. Mes mains s'enroule autour de son cou,je souffre. je rassemble mes dernières forces et je le lance sur l'un de ces brasiers mystiques glacés. Il traverse la flamme et se transforme en un bloc de glace qui s'effondre sur le canapé. Ouf,ça m'a essoufflé. Faut que j'arrête de fumer.

-J'ai toujours dis que t'étais givré. Merde,faut que je la note celle là.

Puis,je tire une taffe. Hmm,Lucky Strike. J'ai eu du bol,ce coup ci. Faut dire,que sa flamme mystique, c'est chouette pour l'ambiance,mais à part ça.... Crétin. Le voici gelé. Bon,il va pas rester gelé eternellement. Faut que je cherche dans mes bouquins de quoi le rééxiler et de quoi faire rebasculer mon appart dans la bonne dimension
Trois clopes plus tard et une épisode du docteur house, le bonhomme est au purgatoire et mon appart est retombé à New York. Me reste un gros souk à ranger.Mes mains sont désinfectés et bandés. Il faut que j'aille voir l'infirmière de nuit pour qu'elle me soigne. Avec son talent, j'aurais pas de cicatrices si ça se trouve. Purée,sacrée journée. Il est quel heure? 19 h....le 23 mars. Merde, le temps passe vite dans les autres dimensions. Le reste n'est pas interessant.


Mais une question demeure et subsiste....COMMENT UN DEMON PEUT SORTIR DU PURGATOIRE? Il se passe des choses pas nets ces derniers temps.....Ils ne sont pas sensé franchir les dimensions seuls. ON peut les déplacer,que ce soit Mephistofeles ou nous. Mais ils ne le font pas seuls. UN petit con s'amuserait à évader des démons? Et comme par hasard,des démons qui en veulent à mes fesses d'english.....J'aime pas ça.


Je me suis fais soigné. Aucune cicatrice,juste les mains un peu raide. J'ai eu deux contrats. Tuer le père d'Henry Peter Gyrich,surement pour faire pression sur lui. Et la charmante Bethany Cabe. La nuit du 23, je suis allé me reconforter dans les bras de Marlo. Vaguement traumatisé. Ma vie est un foutu bordel. C'est pas parce qu'on est couvert de merde,que la merde cesse de pleuvoir. Ma phrase à moi. Quand ça s'arrêtera? Le lendemain,je filais chez le club des damnés.

Arrow http://newmarvel.forums-actifs.com/le-grand-salon-f103/petite-reunion-d-information-t145.htm#1014
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pete Wisdom
au service de ces dames
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167

Fiche d'Identité
A.k.a: Agent XXI/Union Jack
Pouvoirs: Lames solaires.Immunisé à la chaleur et au feu. Vol. Champ de force au corps. Super force. Sens surhumains. Accés à la magie d'Avalon.
Aspiration: Trouver le pétard infini. Le pétard de Dieu. Et le lui piquer.

MessageSujet: Re: My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)   Sam 26 Juil - 15:02

http://newmarvel.forums-actifs.com/le-grand-salon-f103/petite-reunion-d-information-t145.htm#1014 Arrow

25 mars 2007
....................................... Hum .................... Oh,non.............. Hmmmmmm ......... J'ouvre un œil, puis je le referme replongeant partiellement dans l'univers des songes, dans ce rêve que je ne veux pas quitter,doux,mielleux,passionnant qui est mieux que la réalité, que ma vie.Mieux que tout. Puis je sens la tiédeur des draps,ce goût pateux dans ma bouche,gout de cigarettes,l'engourdissement de mes membres,la lumière sur mon visage. J'ouvre un œil puis l'autre, le geste est mécanique,pénible. J'adore ce moment de la journée, c'est le meilleur car c'est avant que la journée commence, que la réalité ne se remette en place, que l'on reprenne son existence. Certains n'aiment pas le réveil, désagréable, ce moment brusque nous tire souvent d'un repos doux, tendre dans lequel on voudrait se conforter, cette tranquillité brisée qu'on ne retrouvera qu'à la fin d'une journée de torture. Quand on dort,on frôle la mort,on est en autarcie,sans doute comme avant la vie,la vraie,Auchan.Je fais parti de ces gens qui n'aiment pas le réveil, mais pourtant il y a une chose fantastique qui mérite de rompre ce repos. C'est cette seconde, infime où la conscience est scindé en deux, dans deux univers. L'un dans un rêve et l'autre consciente emergeante. Durant quelques secondes on est réveillé et endormi. Mort et vivant. L'univers existe et n'existe pas. Chaque matin on renaît on passe d'un état de non être ou de non conscience à un état d'homme fatigué la tête dans le cul avec un goût de cigarette dans la bouche. Avec des épis plein le crâne.

Mais cette seconde est de loin la plus merveilleuse de la vie et elle a lieu tout les matins! Le cerveau est comme court circuité et on a tout oublié. On a oublié notre vie misérable et notre monde conformiste. Pendant cette instant entre les instants,j'oublie tout. Je ne suis plus Pete Wisdom,qui a vu l'enfer,d'autres mondes. L'assasin,le kidnappeur,le torsionnaire au service d'une nation arrieré. Je ne suis plus une enflure cynique. Un salopard de séducteur, un connard sans manière. Un type qui tue, parce qu'il faire ce qui doit être fait. Plus de poids sur la conscience. J'oublie que mon grille pain est mort,que je ne sais pas conduire des boites manuels, que je suis divorcé des trois seuls femme que j'ai aimé, j'oublie ma fille que j'ai si peur de ne plus revoir. J'oublie le bordel de mon appartement.


Puis,tout me revient. Je suis Pete Wisdom, les flammes de l'enfer m'ont caressé la peau. Je suis déjà mort deux fois et j'ai connu les tourments de l'enfer; Ces serpents qui s'infiltrent dans votre gorge et rampe dans vos entrailles. Ces araignées qui bourdonnent sous votre peau, dévorant vos organes. Vos poumons plein d'abeilles. Ces jets de sang si puissants sortant de vos membres coupés qu'on raccomode. Ces brulures que vous n'oublierez jamais. Cette douleur causé, par tout les enfoirés que vous avez rééxpédié en enfer. Je me souviens, de tout les visages,noms et expressions des gens que j'ai tué. UNe balle par ci,une balle par là. Briser la nuque, carotide tranché au cutter. Enfoncement du thorax. Empoisonnement. Mort longue ou lente. Je me souviens de ça. Des sacrifices que j'ai fais. Comment ne pas être une ordure insensible quand on fait ce boulot? Question de survie. ON a besoin de devenir mauvais pour garder un sens du bien et du mal. Les sacrifices que j'ai fais. Je n'ai pas revu ma famille depuis quand? Qu'est ce que ma vie sentimentale à part des gens qui passent?Toute ces choses me reviennent à l'instant, remontent de mon estomac remontant mes veines, ma gorge, se nouant traversant mon corps tout entier pour finir dans mon coeur, flètri par un vie pourtant si banale. Toute ces choses qui font de moi cet homme si mauvais m'assaillent me saute à la figure. Chaque matin j'ai la sensation de sauter sur une mine, de perdre un membre, une partie de moi, et je pense toujours que c'est bien fait. Alors, les larmes montent. Mon coeur pleure, il pleure des larmes rouges, des larmes sang, car je suis blessé,usé, en vie. La gorge nouée, un noeud dans l'estomac, de l'acide dans les veines, du sang sur les paupières,je suis vulnérable et tout cela n'a aucun sens.

Je suis seul.....

Seul....Avec moi même,ce qui est encore pire. Je ne supporte plus ça. Le matin,ce réveil ou tout se remet en place. Je suis toujours de mauvaise humeur au levée.

Je regarde autour de moi, mon regard s'habitue à cette lumière grisâtre qui violent mes yeux bleus. La première chose que je vois est le parquet d'un marron foncé, recouvert de poil long et blanc de spitz loup.La mémoire me revient peu à peu,j'émerge.... Puis je sens la salive collé entre l'oreiller et ma joue, doucement je me décale de mes propres sécrétions qui pourtant me dégoute. Puis je vois les murs recouvert de papiers bleus, composé de nuances de bleus qui se succèdent, on dirait à première vue que les nuances sont placées au hasard,que ce ne sont que des tâches mais en fait elles sont étrangement régulière. Puis je vois ma table de nuit, sur lequel est posé « Substance Mort » de Philip.K.Dick au pied de ma lampe de chevet. La réveil électronique m'indique de sa voix électronique morne et dont le ton rappelle celui d'un professeur de maths; qu'il est déjà 66 heures 65 de la nuit matinale. Je regarde la prise électrique et il n'est simplement pas branché. Je continue d'explorer ma chambre, comme chaque matin. Tout les matins, j'ai le sentiment de me réveiller dans un lieu inconnu qui n'est pas à moi. Mais quand je parcours des yeux cette chambre peu à peu; je reconnais ce qui la compose. Les étagères de comics, les trophées et diplômes disposés fièrement, les cadres de photos et les peintures de William Blake accroché au plafond. Il y a aussi Frederic Beigbeder empaillé dans une vitrine et un tapis de bain en peau de tortue. Puis je vois la fenêtre, couverte par les rideaux bleus eux aussi, je ne vois qu'un filet de lumière qui traverse le fin tissu. Ma chambre ma paraît surréaliste, j'ai l'impression de la voir pourla première fois, de ne pas en avoir de souvenir. Mais elle m'est si familière. Je soupire dans mon lit et me retourne vers l'intérieur du lit et soudain, je la vois.

Je la vois,la femme que j'aime. Et là mes problèmes s'évanouissent, ma vie prend un sens, je sais que je vis pour elle. D'ailleurs, je ne suis pas moi; je suis NOUS. Elle est tout ce dont les hommes rêves, et aussi incroyable que ça puisse paraître c'est moi qu'elle a choisi. Je ne saurais la décrire, la perfection ne se décrit pas, ne se voit pas, elle se vit. Et elle est la perfection, je vis avec elle. En la voyant je sais que ma vie ne tient qu'à un fil, elle. Je sais qu'elle m'aide à tenir le choc à ne pas me noyer dans le tourbillon de la vie, je l'aime à la folie et bien plus encore. D'ailleurs, il faudrait être fou pour en pas l'aimer. Elle est ma dernière raison de vivre... Non, elle est ma seule raison de vivre, celle à laquelle j'ai toujours aspiré sans le savoir. Quand je la regarde dans ce grand lit,un sourire se dessine sur mon visage, un sourire vrai et tendre. Un instant ,je crois rêvé. Au réveil je suis toujours surpris de la voir dans mon lit, car je pense toujours qu'elle n'était qu'une expression de mon subconscient du rêve dont je me tire. Je la vois et tout va bien, la voir me suffit pour être heureux.

Je l'observe dormir, comme si c'était la première et dernière fois que je la voyais. Comme si elle allait s'effacer, comme si j'allais me réveiller. Dans un silence rythmé par ses respirations régulières et mélodieuses à mes oreilles, je regarde ses cheveux ébouriffes,sa bouche parfaite, entrouverte laissant voir ses dents. Ses courbes dissimulés sous la couverture me font jouir ne serait que par leurs formes suggestives.J'ai envie de laisser mes doigts glisser sur ses frêles épaules et je veux lui chatouiller les pieds qui dépassent de la couette. Je ne la vois que de face,pas je connais par coeur ses jambes,son dos, le creux de son échine que je caresse souvent,ces vertèbres que je frole de la pointe d ela langue. Hanche que j'enlace,jambes me chevauchant,pieds que je masse,ventre que j'embrasse. Elle dort, il n'y a rien de plus beau. Je me sens voyeur, je la vois sans qu'elle me voit. Elle dégage tant de beauté, de calme et de pureté. De temps à autres,elle remue des gestes brusques et courts, son visage se crispe,parfois elle a un sourire léger. Un sentiment de plénitude m'envahit de part en part, je suis plongé dans un océan de grâce. Je sais qu'à ce moment, dieu me regarde. J'ai tant envie de l'embrasser; de frôler ses lèvres, de les goûter, je veux son goût dans sa bouche,lui exprimer mon amour. J'aimeras la caresser, la chatouiller lentement ou encore replacer ses mèches rebelles qui recouvrent une partie de son visage. Mais je ne peux pas.Sinon je la réveillerais et ce moment s'arrêterait.

Je la connais par cœur, son rire, ses poèmes préfères, sa façon d'enlever la peau du saucisson, comment la faire jouir, ses films préférés, le goût de ses larmes, sa façon si belle de chanter faux, choses essentiels ou menus détails je sais tout. Je la connais sans doute mieux que je ne me connais moi même,et elle me connait mieux qu'elle ne se connait,c'est pourquoi nous sommes indispensables l'un à l'autre. Le miroir de l'autre, le reflet objectif qu'on accepte,qu'on apprend à entretenir.


Je la connais, vraiment. Je ne vois pas comment elle est, ou comment elle doit être, je la vis comme elle est et elle me voit comme je suis, le vrai moi. Ca dépasse les mots. Dans l'intimité, nous jouissons des aspects de la personnalité de l'autre que nous seul connaissons. Pourtant, je l'aime chaque jour un peu plus. Je le ressens. Parfois je ne peux m'empêcher d'être pessimiste en me disant qu'un jour je penserais "je t'aime moins qu'hier,mais plus que demain",mais pourtant notre couple survit.C'est drôle mais en cet instant précis, je sais. Sans me rappeler, des détails sont flous dans ma tête, je ne me souvienspas de notre rencontre, de notre premier rendez vous, notre première nuit, notre première année,notre mariage. Tout ça, je ne m'en souviens pas, mais je sais qu'ils ont été. Peut être que ma tête est encore embrumé par le sommeil ou alors, elle m'obnibule trop.

La tentation est trop forte et je lui murmure à l'oreille « Je t'aime » de ma voix la plus douce. Puis je la regarde, soudain elle bouge un peu,un sursaut. MON DIEU! Je l'ai reveillé, non!!!! Mon cœur se serre et je m'en veux à mort en cet instant.....Mais rien ne se passe, elle ne se révéille pas. Elle sourit tout simplement, d'un sourire qui veut dire « moi aussi ». On se croirait dans un rêve,oui un rêve.Dans les rêves on ne se pose pas de questions, on est là et tout est bien tout est logique y compris un chats en rangers qui parle (oui au XXIème siècle,les chats n'ont pas de bottes mais des rangers). Puisque tout vient de nous,de notre tête,de notre subconscient,ce petit univers rêvé nous semble réél,on ne voit que ce que l'on veut voir. Eh bien, c'est ça être avec elle, un rêve. Un univers à soi,totalement surréaliste qui nous convient et qu'on partage.

Puis je continue à l'admirer, 10minutes....20 minutes....1 heure....1 jour, 1semaine, 1 an.... l'eternité. Puis soudain,elle ouvre un oeil puis deux. Et elle me voit, et m'adresse son plus jolie sourire. Elle ma dit « Salut,toi.... ». Puis elle m'agrippe par ma cravate et m'embrasse tendrement. Je dors en cravate? D'abord nos lèvres se frôlent timidement avec douceur, et se chassent, puis nous nous touchons délicatement, du bout des lèvres. Ensuite nous nous embrassons, pressant nos lèvres successivement avec des pressions différentes, puis je lèche ses lèvres du bout de la langue, je lui suce le bout des lèvres, et l'embrasse langoureusement, en caressant son bras et ses cheveux. Puis, le baiser s'arrête et nos yeux se croisent. Et ceux ci ne veulent plus se séparer, je plonge mon regard dans le sien, et je la vois, je me vois, et nous sommes la même personne. Dans mon reflet je vois mes propres yeux, si vides.... D'un vide rempli d'elle. Puis le temps s'allonge, encore et encore et des millénaires passent. Sur la terre,il n'y a plus rien à part ses yeux.

Soudain, le temps se remet en route. La porte de la chambre s'ouvre doucement, et Janis entre dans la chambrema fille. Elle est en pyjama et bondit sur notre lit en criant « Papa! Maman! Bonjour ». Ils se glissent sous la couette entre nous en souriant. Un sourire plein de rêves et d'innocence, d'amour. En eux aussi je me vois. Je me vois enfant, je vois mon essence.

Puis je regarde dehors. La nuit est là et les étoiles scintillent,il est 66h66 et le radio réveil sonne. Son son évoque le cri d'un bébé. Et soudain c'est le déclic. Je regarde ma famille, d'un air désemparé.... Qui sont ils? Quels sont leurs noms? Dates de naissances? Ai je des souvenirs avec eux? Tout s'embrouille et j'ai l'impression d'avoir tout imaginé. Je les regarde attentivement, et je comprends que tout ça est faux. Je les fixe et dit « ....QUI êtes vous? » Puis, ils sourient tous, d'un regard machiavélique et leurs yeux sont noirs, dégageant des larmes de sangs, des vrais. Et là, ils plongent leurs mains dans mon estomac, ils remontent mon thorax explosant mes organes en un bruit abjecte et ils m'atrapent le cœur, le broient et ils l'arrachent d'un geste. Et d'un sourire assassin qui se plantent sur leurs visages si semblables au mien à présent,,ils me répondent « NOUS SOMMES TOI,Peter....L'enfer appelle. Les tambours résonnent. La fin arrive.» . Et en eux,c'est moi que je vois, mon visage a remplacé le leurs à moins qu'il ait toujours été là....En eux, il y a moi comme depuis le début....



...................................... ARGH .................... Oh,non.............. Hugh......... Hmmm.....Putain....

-FOUTU RÊVE!!! Chié.....Merde.

Une fois que j'ai fini de pleurer,je regarde mon réveil. On est mardi. 10:00 du matin.Ah bordel. J'ai une journée chargée. Faut que j'enquête,ma mission va bientot tomber et je vais devoir me préparer. Purée. Quel merde. Je suis sûr d'avoir un truc à faire,encore.....Oh PUTAIN!!!! JANIS! 9:15 à JFK airport. Merde. Je bondis du lit, file sous la douche 2 minutes chrono. Je choppe les premiers vêtements que je trouve et me voici parti. J'hêle un taxi direction JFK....j'ai 1 heure de retard...Les prochaines 48 heures,vont être chargés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pete Wisdom
au service de ces dames
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167

Fiche d'Identité
A.k.a: Agent XXI/Union Jack
Pouvoirs: Lames solaires.Immunisé à la chaleur et au feu. Vol. Champ de force au corps. Super force. Sens surhumains. Accés à la magie d'Avalon.
Aspiration: Trouver le pétard infini. Le pétard de Dieu. Et le lui piquer.

MessageSujet: Re: My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)   Sam 26 Juil - 16:34

Je fume cigarette sur cigarette sur cigarette. 1 heure que je suis levé et déjà un paquet et demi de cigarettes. Quel con,j'ai oublié Janis. Comment j'ai pu oublier ma propre fille...une deuxième fois? Bordel,Janis. Elle a 4 ans et elle m'attend seule dans un aéroport,maos quel con. QUEL CON. Je devrais ouvrir la porte de ce taxi et me jetter sur la chaussée. Je mérite d'être écrasé. Bon cela dit,j'ai des circonstances atténuantes. Je suis un peu...Occupé en ce moment. Y a qu'à voir les dernièers 48 heures. Je me suis fais attaquer chez moi par un démon. Il a foutu le souk et m'a troué le mains. Pas cool. Ca c'est anormal, je ne vois pas comment il serait sorti du purgatoire,sans aide. Donc quelqu'un l'a aidé à sortir ou alors y a un gros pépin mystique. Si les barrières dimensionnels s'affaiblissent ou que des portes s'ouvrent,on est en droit de flipper. Mais vraiment alors. J'irais me renseigner le plus tôt possible. Après avoir botté le cul au démon barnabé,j'ai du aller me retaper et j'ai enchaîné deux contrats d'executions. J'étais crevé,mais mission accomplie.

Après ça,je me suis remis de mes émotions chez ma nouvelle ex copins Marlo Chandler. Après quoi,j'ai dû filer au club des damnés. Où j'ai appris un paquet de chose. Ambiance mystique et magique étrange. Jeune femme diablement séduisante, trop pour être vrai. Sort d'apparence? Métamorphe? Allez savoir. Bucky Barnes est pas mort et je suis en compét contre lui sur le prochain contrat. Super. Vraiment. Une nuit à taper des rapports,cogiter,fumer et à cauchemarder. Dans tout ça,j'ai oublié Janis. Cela dit,ça m'excuse pas. C'est impardonnable. Finalement,j'arrive à l'aéroport et je traverse tout celui ci en cherchant Janis. Finalement,j'arrive devant la porte de son vol....l'avion n'a pas atteri....Elle est en retard....Putain,merci dieu de me donner une chance. Ouf,j'ai failli foirer ce coup là. Mes poumons sont en feu,je crache un peu de sang. Foutus clopes. J'en fumerais bien une pour me retaper,mais je crache trop mes poumons en toussant et je me ferais virer. La vie est cruelle.

Au final,je prends un journal et me pose dans un coin en attendant le vol de ma fille. Les gros titres: Le mutant Carnage sème la terreur. Le Punisher continue de punir. Deux nouvelles victimes pour le serial killer au mégot. (ça parle de moi,ça).Les entreprises Hammer rachète Stane corporation. Le Dr Stange,Charlatan? Spider-man, la menace mutante. Trask présente son projet de sentinelles au gouvernement: Une réussite. Deadpool recherché.

Mouais. Super. Les infos sont fidèles à elle même. Je suis presque amusé en regardant l'article parlant de moi. "Le tueur, fait fumer une cigarette Royale Menthol à toute ses victimes avant deles tuer. Après ça il dénude le filtre et laisse un mégot au filtr retourné, comme une fleur éclose". Je ne fume que des Lucky Strike en ce moment. Je change souvent de marque. Mais je touche pas au royal menthol,des fois que ça m'attirerait des ennuis. On recherche un serial killer,pas un tueur en contrat. Donc les profilers s'arrachent les cheveux partent dans des pistes farelus,plutot que d'enquêter dans la pègre. Ca m'écarte de leurs enquêtes. Sympa le stratagème,j'y ai pensé seul. Que fait ce fichu avion? Je vois ma fille 2 JOURS par MOIS. J'ai pas envie d'attendre encore. J'ai que 48 précieuses heures.....48 heures dans laquelle je dois aussi éxecuter un contrat et mener une certaine enquête. Dieu veut ma peau. Le sort s'acharne.

15 minutes passent et je me retiens de sortir pour griller une lucky strike. Finalement,son avion arrive et les passagers sortent un à un de l'avion en prenant la passerelle. La première passagère qui sort fait 1m15. Elle a un petit sac à dos à la main et une petite robe avec collant blanc,couette. Elle court avec un regard enthousiaste. Mignonne comme tout. Une fois grande, les garçons se battront pour elle. Janis Cassidy. Elle ne porte pas mon nom. Plus maintenant, Theresa a lancer une action au tribunal pour que sa fille porte son nom et pas le mien. Pas même Cassidy-Wisdom ou Wisdom-Cassidy. Elle ne porte pas mon nom. Quand j'y pense ça me fait encore mal. Elle arrive et quand elle me voit elle accélère le pas. Je viens à elle aussi, avec le sourire le plus crétin (mais sincère) du monde. Je me mets à genou et elle fonce dans mes bras. Ses petits membres s'enserrent autour de mon cou et elle me fait un bisou dans le cou. Mes bras s'enserre autour d'elle et je lui embrasse le cou à mon tour. Ma fille. La seule chose bien de ma vie. La mignonne et intelligente Janis.

Sans elle, je me serais déjà expulser en enfer. Elle est mon poitn d'ancrage,autant que ma bouée ou ma lumière dans ma vie. Je suis pas du genre à parler comme ça. J'ai du mal à exprimer tout ça. Mais pour faire court,Janis c'est ce qu'il y a de plus beau dans ma vie. Le reste parait dérisoire à côté d'elle. On finit par se lever,je lui prends la main et on marche vers la sortie de ce lieu pullulant de touristes.

-PAPA!
-Bonjour,Janis. Bien passé ton vol?
-Ouais! J'ai fais mes devoirs. Et j'étais avec une gentille madame qui m'a donné un bonbon. Tiens c'est elle là bas (elle fait un grand signe de la main à la vielle bique,signe rendu....Cette vielle me dit quelque chose. ). Et toi,ça va?
-Oui,oui. Le travail est difficile en ce moment. Mais je me débrouille.
-Tant mieux. C'est dur ton métier.
-Et toi l'école?
-Comme d'hab. Je suis la première de la classe. L'an prochain je passe au cp. Je saute une classe.
-C'est vrai? FELICITATIONS. C'est génial. Je suis fier de toi,ma chérie. Tu as toujours été la plus maline des enfants. On va fêter ça! Ca te dirait une glace? On pourrait aller à Wallmart t'acheter un cadeau aussi. Un jouet.
-J'ai passé l'âge de jouer,papa.
-Tu as 4 ans,c'est normal de jouer avec des jouets,non?
-Moui. Bof. Tu veux pas m'acheter un livre plutot?
-Oui,bien sûr. Un bd? Un Potter?
-Harry Potter c'est nul,c'est mal écrit. Je veux un recueuil de poème de William Blake.
-William Blake? Le poète anglais? T'es pas un peu jeune pour lire ça?
-Ben,non. Et puis,c'est ton peintre prefféré nan? Moi je veux le lire.L'ami de maman il m'en a déjà fait lire.
-L'ami de maman....hmmm. Il te fait livre des livres comme ça?
-Oui. C'est le seul truc bien avec lui. C'est ses livres interessants. Sinon,je l'aime pas.
-Pourquoi,donc?-Parce qu'il essaye d'être mon papa.....Et maman voit pas que c'est un méchant. Il cache bien son jeu.
-Janis. L'autre crétin ami de ta maman peut essayer tout ce qu'il veut. Je suis et demeure ton papa. Et ça,c'est quelque chose qu'on ne peut pas nous enlever.
-Oui,je sais....La madame,elle nous suit.
-La vioque...Enfin,la personne agée? C'est normal,elle doit se diriger vers la même sortie que nous. Tu sais, ma puce. J'ai des choses importantes à faire pour le travail. Et je vais devoir m'absenter l'après midi. Mais je ferais vite.
-Tu vas encore tuer des gens.
-....Qui a dit que je tuais des gens?
-Ca se voit dans tes yeux.
-...Janis.....Je vais juste mener une enquête cet après midi. C'est tout. Et demain aussi,je devrais m'absenter.
-....
-Je suis désolé. Je sais que ça te contrarie moi aussi.
-T'as interêt à botter des culs de méchants. Que tu t'absentes pas pour rien.
-Ne dis pas cul,chérie. Mais tu sais que je suis le spécialiste des bottages de derrière. C'est pour ça que j'ai des grosses semelles,même.
-Hihihi.
-Allez monte dans le taxi. On a la matinée pour nous.

On passe la fin de matinée ensemblet on finit par déjeuner à central park avec un menu macdo à emporter. Elle a choisir pour moi. ON rit,on s'amuse,elle me pousse dans une fontaine. Je lui fais l'avion. On fait la course,on se roule dans l'herbe. Le temps passe,la vie suit son cours. Et la vie semble belle. Cependant,à 14 heures,je sais que je dois y aller. Je ramène Janis à la maison et je passe un coup de fil. On regarde des séries à la télé en se moquant de la débilité de ces programmes quand on sonne chez moi. J'ouvre la porte,c'est Marlo.

-Tu m'as appelé,Pete? J'ai écouté ton message me demandant. Alors j'ai accouru. Tu peux pas te passer de moi,hein? (Elle m'aggrippe par la cravate,nos visages se frolent) T'as réfléchi,alors? Tu veux bien qu'on se remettee ensemble?Si tu savais comme je suis heureuse,on va fêter ça. Tu veux le faire où? Chambre? Cuisine? Salon?
-Euh...Marlo....
-C'est qui,elle?
-C'est Marlo,c'est elle qui va te garder cette après midi. Marlo,je te présente Janis,ma fille.
-Ah...euh...je...Salut,Janis. Euh...
-Tu peux me rendre ce service?
-Je...euh...
-Merci,t'es géniale. (je l'embrasse sur la joue, je me retourne vers Janis et l'embrasse aussi.) A plus tard,mes amours.
-Euh...Ouais.
-Hey,toi. Viens là. On va ranger ce bazar,allez.(dit elle en la prenant par le bras et en la trainant dans la maison.)

Je referme la porte et oublie la possibilité d'être heureux pour l'après midi et part enquêter....Je prends un taxi direction d'harlem. Durant le trajet,je reçois un texto. Ma cible est Erik Lensher.

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pete Wisdom
au service de ces dames
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167

Fiche d'Identité
A.k.a: Agent XXI/Union Jack
Pouvoirs: Lames solaires.Immunisé à la chaleur et au feu. Vol. Champ de force au corps. Super force. Sens surhumains. Accés à la magie d'Avalon.
Aspiration: Trouver le pétard infini. Le pétard de Dieu. Et le lui piquer.

MessageSujet: Re: My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)   Sam 26 Juil - 21:52

Ca part dans tout les sens. 48h et tout se barre en live. Reste 48 h comme ça. Et les 48 h où ma fille est là comme par hasard. Ben voyons. Si ça,c'est pas la poisse. Erik Lensherr. Ca me dit quelque chose. Lié à Avalon Corps je crois. La plus grande compagnie du monde. Elle touche à tout,c'est incroyable. Le club des damnés possèdent aussi de grandes compagnies et tout leurs filliales. Avalon doit être la dernière part du gâteau qui leur reste à engloutir. Ils font surement pression sur lui. Mais ils ne peuvent pas tuer Lensherr,trop important,trop gros. Ils maintiennent donc une pression pour faire main basse sur sa compagnie. Je dois l'avertir. Je pourrais découper sa secrétaire et lui envoyer à son domicile. Mais je preffère la méthode douce. Je vais tenter un faux assasinat. Il flippera. Reste à voir l'approche que je prendrais. Sans oublier que Skourge est aussi dans la partie. Purée, ca va pas être simple. La voiture s'arrête à un feu rouge. Derrière mes lunettes de soleil je scrute les passants. Et je crois apercevoir la vielle de l'aéroport. Bah,toute les vielles se ressemblent. Je suis crevé. Vivement que ej retourne chez moi dorlotter Janis.

Finalement, j'arrive à destination. Clinton avenue. Anciennement Hell's Kitchen.Le lieu porte très bien son nom. C'est ici que la plupart des démons envoyés par Mephisto squatte. Je viens voir Andy le taré,aujourd'hui. Il me livrera des infos interessantes,j'espère. Je descends du taxi et peut enfin griller une clope. Hmmm. Plaisir assasin. 30 fois par jour,comme ça. Je longe deux rues et pénètre dans une ruelle. J'arrive à la porte arrière d'un immeuble. Je frappe six fois. On m'ouvre.

-Wisdom? Qu'est ce que tu fous chez moi?
-Tu me laisses entrer?
-Même pas un petit bonjour,hein? (il me crache la fumer de sa cigarette)
-Bonjour. Ca va? Bien. Moi aussi. Quoi de neuf? Ah cool. Voilà pour la politesse, maintenant je peux entrer?
-Tu connais la condition.
-Sadique va.
-Allez,juste 60 secondes. Prends ma cigarete,tiens.

Andy le taré,son truc dans la vie c'est les brulures. Il aime la tête qu'on fait quand on se brule, le gout de la griasse brulé, l'odeur de la chair carbonisé. Pour entrer chez lui,je dois jouer les sados masos. Je prends son mégot et l'écrase sur ma main. Je dois tenir 60 secondes comme ça. Normalement,mes mains sont insensibles à la chaleur. Mais là,ce sont des cigarettes importés de l'enfer. Brasier mystique. Et plus douloureux que n'importe quel brulure.

-Ouais...Vas y. Plus fort,hésite pas à appuyer.

J'exécute. J'écrase le mégot dans le creux de ma paume gauche. La douleur est fulgurante,frappante,elle me traverse. Je tiens bon,dents serrés. Ma peau brule. Le mégot s'enfonce dans ma chair,il creuse son trou. Entame la chair. Et ça fait que 20 secondes. Je pense à ma fille. Oublie la douleur. Mon coeur,ma lumière,son sourire,ses petites dents, moi lui démêlant les cheveux, elle lisant des livres que moi même je n'ose pas lire. Le bruit de ses pas,sa façon de marcher. Son petit nez,ses cheveux aubrun. Ma fille,Janis. Ne parvient pas à me faire oublier la douleur,mais le temps passe plus vite. 60 secondes. J'enlève le mégot de ma main. J'ai creusé jusqu'à l'os. Je lance le mégot dans l'oeil d'Andy et entre dans la maison.

-Hey,tain man. Fais gaffe.T'aurais pu m'aveugler.
-Connard. Ecoutes,sac de pue,j'ai besoin de ton savoir. J'ai de grandes questions à te poser. Certaines d'ordres mystique et d'autre plus particulière.
-Ca roule,man. Mais tu me donnes quoi en échange?
-Tu sais qui est venu chez moi y a pas longtemps? Barnabé. Je lui ai fais sa fête. Il a laissé un manteau. Il est là (je le sors) il est à toi en échange d'infos.
-Nan? Fais voir,fais voir. Oh tain. Un vrai manteau du grand Barnabé. Peau de bébé de d'enfants prépubères celui là. Snif,sniff. Des petits espagnols. Génial. Génial. Pete,t'es un pote. t'es vraiment un pote.
-Ouais...c'est ça.

Je me tiens dans un petit hall d'entrée parfaitement noir. On ne" voit rien, sauf de léger fil de lumière filtre la porte fermé derrière moi. Mes leunnettes de soleil,je les passe en mode nocturne et avance. Lui,il voit dans le noir. Je passe une porte. Et une odeur d'excrèments,de fluides corporels, de sang et d'acide me frappe. Odeur d'urine. Les murs sont marrons de dieu sait quoi. Les sols maculés de toute les sécrétions humaines existantes. La salle est éclairé par un lustre aux bougies,accroché bien bas. Il y a une odeur de cramer,ici. Dans la salle, plusieurs dalles de bétons salis et souillés par des humains. Sur chacune des dalles est attaché un homme ou une femme, nue. Leurs regards est perdu dans le vide, leurs bouches est cousue. Leurs yeux rouges,tellement ils ont pleurés. Leurs corps est brulé, ils manquent des morceaux.Andy le taré à des esclaves de souffrance. Il leur ordonne de souffrir pour lui. Il en libère un,qui doit mutiler les autres. C'est son spectacle favori.

-Que sais tu du club des damnés?
-Te mêle pas à leurs affaires mec.
-Mystiquement parlant ou pas?
-Les deux mecs. Ils trempent des des trucs louches,je veux pas savoir. C'est des barges. Ils ont fais main basse sur la pègre,tu savais ça? Mauvais pour les affaires. Des assoifés de pouvoirs. Mais y a aussi d'autres trucs. Tout les démons qui ont essayés d'aller les latter sont morts. Ces mecs connaissent la magie. Style le cercle quoi. Ils sont dangereux.
-Hmmmm. Je vois. C'est quoi le cercle.
-Me demande pas. On en parle pas. Je suis sérieux.
-Je t'ai filé un putain de manteau,tu me dois ça.
-Je tiens plus à ma peau qu'aux peaux de ce manteau. Enchaîne,Pete.
-Tu connais cette nana?(Je lui sors un portrait robot de la fille du club). Elle est télékinésiste. Sa présence est froide et sans lumière.
-Connais pas....Jamais vu. Mais elle est bandante,je l'attacherais bien ici.
-J'ai pensé la même chose.
-Mais.... Vu comment tu l'as décrit,ça ressemble à Séléné.
-Séléné?
-Ouais. Mais on dirait. C'est pas obligé,difficile à dire. C'est ptêt même pas magique. C'est ptet qu'une imitation. Ou quelqu'un qui se fait passer pour séléné. J'en sais foutre rien,man.
-Comment Barnabé est sorti du purgatoire?
-Chais pas.
-Déconne pas. T'étais même pas surpris quand je t'ai dis qu'il était venu chez moi. Tu savais. Allez.
-J'ai entendu parler de sa sortie,ouais. Ca a parlé. J'ai un pote qui lui a vendu des gamines avant qu'il vienne te voir. Mais je sais pas comment il est sorti du purgatoire.
-Comment il aurait pu faire?
-Ha! Hahahaha. T'es drôle,toi. Barnabé était une quiche en magie. Son trip c'était les lames et les préservatifs en boyaux de gosses. C'est impossible de sortir du purgatoire. IMPOSSIBLE. Et si y avait un moyen d'en sortir, et de revenir sur Terre,on le connaitrait tous ce serait connu. Quand on entre au purgatoire,on n'en sort que pour aller au paradis ou en enfer. On ne revient pas sur Terre,normalement.
-Ca a jamais été fait?
-Une fois,si. Un disciple de Cyttorak je crois. En manipulant la magie Hex,je crois. Mais c'était y a plus de 4000 ans et va savoir comment ça s'est fait? Personne sait exactement. Cyttorak et ses potes ont gardés leurs secrets. Mais cela dit,ça a jamais été refait. Normalement, les démons peuvent voyager qu'entre Enfer et Terre,et encore si un diable les aide. Le passeur. Ca,c'est pas normal. Je me contente de saluer la performance.
-Je vois....Putain...tu m'aides vachement. En dehors de la magie,tu connais Skourge?
-Ouais! Je kiffe son travail! C'est un vendu!
-Quoi?
-Ben,il a vendu son âme pour vivre. C'est ce qu'on dit en tout cas. Il a bossé pour l'arme X,je crois. Le truc secret,là.
-Ouais je connais....ok. C'est déjà ça.
-Tu me poses de sacres question,man. Je te laisse encore une question et après faut que j'aille faire boullir de l'eau pour l'activité piscine de la journée. Hein,les enfants?
-Une question....Qu'est ce qui se passe bordel?
-(Il a un large sourire puis dit)....Tu verras Pete. Tu verras.
-Réponds.
-Allez zou,tires toi. C'est fini.
-Pourquoi,tu leurs couds la bouche?
-C'est fini,là.
-Allez.
-Ils essayent de crier. De toute leurs forces, contractent la gorge jusqu'à s'e faire péter des vaisseaux. La douleur est si forte qu'ils finissent par faire sauter les coutures. La bouche pleine de sang. Et là il suffit de tendre l'oreille pour entendre le plus mélodieux des cris. Je te fais une démo,cet aprèm si tu veux.
-Non,merci.
-Dommage.
-Comme t'as pas répondu à ma question,j'en veux une autre avant de filer.
-Va te faire péter le fion,Wisdom.
-M'oblige pas à faire quelque chose que tu regretterais.
-Bouh,j'ai peur. Allez,dégage.
-Une question.
-Non.

J'ouve grand mes mains qui s'irradient d'un plasma ardent. De lames solaires. Une par doigt. Dix,lames. Ma main est illuminé de lumière orange. Je vise,tire une latte et tire mes lames solaires. Dix lames traversent la pièces en tuant 10 esclaves. Je continue. Je relance dix lames solaires. POur abréger les souffrances de ces pauvres bougres. Morceau de chair, vidé de toute âme et force, dont la vie s'ets echappé. pauvre zombie qui connaissent enfin la paix. Il en reste 5 dans la pièce. Andy hurle et m'attrape à la gorge et serre.

-ENFOIRE!!! ENFOIRE! Qu'est ce que t'as fais à mes jouets? Enfoiré! Tu me les as cassé! Salaud. Tu vas crever Wisdom.
-Tue moi, et je te jure de tuer les 5 qui te reste. Il me faut moins d'une seconde pour ça.
-Je t'aurais tué avant.
-(Je lui crache la fumer de ma clope au visage,en souriant): On parie?
-Va te faire foutre. Parle.
-C'est qui la vielle qui me suit partout?
-....tu l'as repéré,hein? Bravo. POur un magicien de pacotille,je respecte. C'est Agatha Harkness,mec. Une pro. Elle s'est tapé l'ancien,le sorcier suprême. C'est une magicienne noire,du genre que les gentils évitent. Si elle te suit, tu peux être sûr que l'ombre d'une mort douloureuse plane sur toi.

Casse toi maintenant,et que je te revois plus.

Il me lâche et je tombe au sol. Je me rélève doucement en epoussetant mes fringues. Je regarde le carnage que j'ai fais. C'est une bonne action.Mais je peux rien pour ceux qui restent. Désolé,les amis. Vous aure le droit de vous venger de moi dans votre après vie. Je sors de l'antre d'Andy. Une fois sorti, je regarde ma paume gauche. Creusé par un mégot de l'enfer. Ca fait un mal de chien. Je vois mon os couvert de sang et de pu. Super.....J'ai encore trois démons à faire comme ça.Et la vielle me suit toujours. Quand je marche dans une ruelle plongé dans le noir,l'ombre de la vieille la suit quand même. Encore 48 h comme ça.




Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pete Wisdom
au service de ces dames
avatar

Masculin
Nombre de messages : 167

Fiche d'Identité
A.k.a: Agent XXI/Union Jack
Pouvoirs: Lames solaires.Immunisé à la chaleur et au feu. Vol. Champ de force au corps. Super force. Sens surhumains. Accés à la magie d'Avalon.
Aspiration: Trouver le pétard infini. Le pétard de Dieu. Et le lui piquer.

MessageSujet: Re: My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)   Sam 26 Juil - 23:18

Je passe une heure de plus à écumer les rues de Hell's Kitchen. Je vois 3 démons. Et je repars avec une autre brulure de cigarette dans l'autre main. Au moins,je suis égalisé. J'ai pas prévu les pansements. Quel con,j'aurais dû. Je me suis arrêté acheter une serviette dans une boutique. Serviette déchiré en 4 pansements de fortunes,que j'ai enroulé autour de mes mains. Vers 16h30,j'arrête de saigner. Ma tête tourne. J'ai vu Derhator, l'ami des animaux. Il n'encule pas les chèvres,il leur fait l'amour. C'est ce qu'il dit en tout cas. Je pense pas qu'une seule créature sur Terre lui a echappé. Du kangourou au cheval en passant par les gavials ou lynx. Il s'est tout fait. Pendant notre tien,il s'occupait d'une canne. Tout en transpirant et en soufflant ses râles de plaisir. Devant moi,ses fesses se contractaient et la canne hurler. Elle est morte sous ses coups de butoir. Dégeulasse. Ce mec est taré. J'ai eu le droit à le voir sans sa forme humaine en plus. Un gros type obèse couvert de pustules et furoncles. Sa peau se décollant. Il laisse des morceaux de peaux partout,il aime les ramasser et les lécher. Il ne m'a pas dit grand chose de plus qu'Andy. Il m'a parlé d'une autre exception entre portail dimensionnel. Un démon aurait pénétré Kun'lunn y a 15 ans. Sauf que c'est pas pareil. Sortir du purgatoire et à kun'lunn c'est deux trucs différents.


Je vais voir ensuite Bashroth. Un fan du vaudou. Il était calme,il préparait juste des poupées vaudou et des sorts sensoriels et de possessions. Il m'a proposé des philtres d'amour. Lui ne savait rien de rien. Mais il a approfondi ma connaissance de la magie. Il m'a parlé des seuls démons qui passent les portes. Zarathos. Méphisto. Dormanmu,Cauchemar,Kierrojk,D'Spayre,Chton,Suma Gorath,etc.... Puis il m'a parlé de l'octescence, du christianisme,des vaudous,des culte snordiques,des vishantis. Blablabla. Du sorcier surpême de quelques autres magiciens grandioses qui peuvent franchir les barrières. Ils sont tous mes suspects. Mordo,Strange,Harkness....Harkness. La vielle Agatha qui me suivait dans mon enquête dans tout Hell's Kitchen.

Le 3 ème démon que je vois,m'a montré sa collection d'excrèments. C'est son dada.Il en vole plein. Je vous dis pas le mal que j'ai eu à ne pas vomir chez lui. Et ne cherchez pas à imaginer son haleine. Ne lui serrez pas les mains. Il s'est aussi lancé dans la culture de maladies sexuellement transmissibles. Il cultive des virus et cherche à les rendre plus fort. Je ne dois rien dire. Rien faire. Je suis pas là pour ça,c'est difficile de faire comme si de rien n'était. De pas pouvoir tuer,ces pauvres types. Mais j'ai pas le temps et c'est plus mon rayon. JE suis rouillé niveau magie. Ce 3 ème démon;une dame du nom de Lilas (si je vous jure) a essayé de me séduire et voulais que je couche avec en échange d'infos. J'ai jamais couru aussi vite. Retour à la case départ,sans toucher le pognon. Agatha Harkness me suis toujours. Parfois elle disparait et je la crois partie,mais toujours elle revient.

Je finis par m'arrêter. Dans une ruelle. Je lui fais face. Elle ne réagit pas,son visage est impassible. Aucune émotion.

-Madame Harkness,vous n'avez rien d'autre à faire que me suivre? Y a pas les feux de l'amour qui va commencer? VOus devriez filer,nan?
-...
-C'est du harcèlement,ça. VOus me voulez quoi? Je ne suis pas dispo vous savez, y a cette fille,là...Marlo. On est pas ensemble, mais pour une semaine ou deux je suis...Plus ou moins avec. Et....
-....
-On dirait que vous louchez....
-Wanda Maximoff est une mutante qui manipule les sphères Hex. Elle est sienne. Elle est magicienne,manipulant la magie du chaos. Energie et magie. Elle contrôle tout. Son pouvoir est immense. Elle est importante. Surpuissante. Elle est une réponse. L'heure...L'heure....
-Vous voulez,l'heure?
-L'heure...
-Vous allez me dire que l'heure approche? Encore. Vous savez on me le dit souvent et il se passe jamais rien. Ca me rappelle le bug de l'an 2000,tiens.
-L'heure approche.
-Ben voyons.
-Wanda est à l'institut Xavier. Le club des damnés pourrait utiliser ses fabuleux pouvoirs. La manipuler. Elle est une réponse.
-A mes questions?
-Wanda est une sorcière. La sorcière rouge. Elle est une réponse.
-Une réponse à quoi,la vielle? Vous avez pris vos comprimés.
-Odieux personnage. Je ne suis pas sénile. Je te révèle ce que je peux, ce que tu peux comprendre.
-Ah...Merci de m'aider.
-Je ne t'aide pas.

Puis elle disparait....Institut Xavier,hein? Ok..... Faut que j'appelle une compagnie de taxi. Purée.....48h comme ça. Me faut une clope.

Arrow http://newmarvel.forums-actifs.com/le-parc-de-l-institut-f59/l-hex-de-wanda-t157.htm#1112
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)   

Revenir en haut Aller en bas
 
My name is Wisdom....Pete Wisdom. (Rp d'introduction)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» "The wisdom of sustainability: buddhist economics for the 21st century
» Wisdom quotes (Citations)
» Becoming Jane - le livre
» ivoirienne vs malien (qui a pete dans le RER D)
» un "pote" de PETE 18

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
New Marvel Universe :: L'Amérique :: Les Etats-Unis d'Amérique :: New York City :: Manhattan :: Fête Foraine-
Sauter vers: